Commentaire et dissertation

Commentaire et dissertation

Dissertation olympe de gouges exemple.

DISSERTATION OLYMPE DE GOUGES EXEMPLE. Ci-dessous, nous te proposons un exemple corrigé de dissertation sous forme de plan détaillé sur la Déclaration de la femme et de la citoyenne. En premier lieu, il est nécessaire que tu aies lu l’oeuvre (pour télécharger en PDF, clique ICI) et, en second lieu, que tu connaisses la méthode de la dissertation . Nous te rappelons également, et c’est important à prendre en considération, que la réflexion sur Olympe de Gouges s’inscrit dans un parcours associé intitulé: « écrire et combattre pour l’égalité. »

On voit olympe de gouges et l'oeuvre sur laquelle porte l'exemple de dissertation: la déclaration des droits de la femme et de la citoyenne.

DISSERTATION OLYMPE DE GOUGES EXEMPLE: SUJET

Sujet: « Comment Olympe de Gouges, à travers ses écrits, a-t-elle contribué à l’émancipation des femmes au XVIIIème siècle en France ? »

Problématique: Comment Olympe de Gouges utilise-t-elle le statut des hommes pour mieux défendre l’égalité homme/femme et émanciper la femme de son statut?

I. La Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne

  • Présentation de la « Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne » d’Olympe de Gouges. (contexte, date…)
  • Analyse des idées principales défendues dans cette déclaration (par exemple, l’égalité des sexes, le droit de vote, l’éducation)
  • Comparaison avec la « Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen » de 1789, mettre en avant les similitudes et les différences.
  • Evaluation de l’importance de cette déclaration dans l’histoire des droits des femmes

Remarque : Cette première partie de dissertation vous permettrait de mettre en avant l’importance de la déclaration d’Olympe de Gouges dans les réflexions sur les droits des femmes au 18ème siècle en France. Il est à noter qu’il pourrait être intéressant de parler aussi de sa réception à l’époque.

II. Les idées d’égalité et d’émancipation défendues par Olympe de Gouges

  • Analyse des idées d’égalité et d’émancipation défendues par Olympe de Gouges dans ses écrits.

Ex: « Les femmes ont le droit de monter sur l’échafaud, elles doivent avoir également celui de monter à la tribune ». (Article 3) Ainsi, cet exemple est l’illustration de l’idée de l’égalité des sexes en matière de participation à la vie politique

  • Comment ces idées ont influencé les idées sur les droits des femmes au 18ème siècle en France?

Ex: « La femme a le droit de monter sur les barricades pour défendre son gouvernement » (Article 4) : illustration de l’idée de l’égalité des sexes en matière de défense de la patrie

Ex 2: « Le mariage civil est l’égalité de deux personnes devant la loi » (Article 6) : illustration de l’idée de l’égalité juridique entre les époux

III. Le rôle d’Olympe de Gouges dans le mouvement pour l’émancipation des femmes

  • Analyse des réactions à ses écrits. En effet, la déclaration des droits de la femme et de la citoyenne naît dans un siècle de contestation. (à la même époque, des voix s’élèvent pour mettre fin à l’esclavage, par exemple) Il s’agit donc, à l’époque de remettre en question un état de faits dans les relations sociales afin de rétablir une justice et une égalité entre les hommes et les femmes.

Ex: « La femme naît libre et demeure égale à l’homme en droits » (Article 1) : cette phrase résume les idées d’égalité et d’émancipation défendues par Olympe de Gouges

Or, Olympe de Gouges prend appui sur La déclaration des droits de l’homme et du citoyen afin de montrer que la femme est la grande oubliée de ce texte juridique.

  • Evaluation de l’influence d’Olympe de Gouges sur le mouvement pour l’émancipation des femmes au XVIIIème siècle en France.

Ex: « Les femmes ont le droit de participer à toutes les assemblées » (Article 5) : illustration de l’engagement d’Olympe de Gouges pour l’accès des femmes aux espaces publics et à la participation politique.

Ainsi, Olympe de Gouges apparaît comme une pionnière dans la défense des droits de la femme, elle trouvera dans les siècles qui suivront des continuatrices de son oeuvre. Elle a, pour sa part, oeuvré pour revendiquer un statut social et politique à la femme.

Fiche : DISSERTATION OLYMPE DE GOUGES EXEMPLE

Nous arrivons à la fin de cette fiche sur « DISSERTATION OLYMPE DE GOUGES EXEMPLE ». N’hésite pas à consulter les fiches méthodologiques ou les vidéos qui traitent de la dissertation sur notre chaîne Youtube. Tu seras peut-être intéressé(e) aussi par les fiches ci-dessous:

– Biographie d’Olympe de Gouges

-Fich e sur le parcours: « écrire et combattre pour l’égalité »

-La déclaration de la femme et de la citoyenne en PDF

Laisser un commentaire Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées .

Pour s'améliorer en français

J'ai un compte, je me connecte !

Pas de compte ? Création gratuite !

Réinitialiser mon mot de passe !

Inscription

Créez un compte pour continuer..

Couverture pour Dissertation : les sujets possibles

Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne Olympe de Gouges 5 sujets de dissertation possibles au bac de français

Jean-Marc Nattier, La Justice châtiant l'Injustice, 1737.

Le site existe grâce à vous !

⇨  🎞️ Diaporama présentant les 5 sujets de dissertation au bac de français sur Olympe de Gouges

dissertation olympe de gouges

  • Aide aux devoirs

Sujets de dissertation sur la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne d’Olympe de Gouges, liés au parcours écrire et combattre pour l'égalité

En quoi la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne est-elle une œuvre de littérature engagée pour l’égalité des droits ?

Plan détaillé:

I. La nature littéraire de la Déclaration

A. L'utilisation des formes et techniques littéraires pour transmettre le message

B. Le rôle du langage et du style dans l'efficacité de la Déclaration

II. L'engagement d'Olympe de Gouges pour l'égalité des droits

A. La critique de l'inégalité des sexes

B. La proposition d'un modèle de société basé sur l'égalité et la justice

III. La réception et l'impact de la Déclaration

A. La réaction de la société contemporaine

B. L'influence de la Déclaration sur les mouvements féministes ultérieurs

Que souhaite réussir Olympe de Gouges lorsqu’elle écrit sa Déclaration des doits de la femme et de la citoyenne ?

I. Les objectifs immédiats de la Déclaration

A. La dénonciation des injustices et inégalités subies par les femmes

B. L'appel à l'action pour l'égalité des droits

II. Les aspirations à long terme d'Olympe de Gouges

A. L'établissement d'un nouveau modèle de société basé sur l'égalité et la justice

B. La reconnaissance et la valorisation du rôle des femmes dans la société

III. L'impact de la Déclaration

A. La réception de la Déclaration dans la société de l'époque

B. L'héritage de la Déclaration dans les luttes féministes contemporaines

La déclaration des droits de la femme n’est-elle qu’une dénonciation des injustices subies par les femmes ?

I. La dénonciation des injustices dans la Déclaration

B. L'analyse des causes de l'inégalité

II. La proposition d'une alternative dans la Déclaration

A. La vision d'une société égalitaire

B. Les propositions concrètes pour réaliser l'égalité

III. L'importance de la Déclaration au-delà de la dénonciation

A. La place de la Déclaration dans l'histoire du féminisme

B. L'influence de la Déclaration sur les générations futures

Olympe de Gouges cherche-t-elle seulement à éveiller une prise de conscience chez les femmes ?

I. L'appel à la prise de conscience chez les femmes

A. L'exposition des inégalités et injustices subies par les femmes

B. La stimulation de l'esprit critique chez les femmes

II. L'appel à l'action dans la Déclaration

A. La proposition de mesures concrètes pour l'égalité des droits

B. La mobilisation des femmes pour le changement social

III. L'impact de la Déclaration au-delà des femmes

A. La provocation de la prise de conscience chez les hommes

B. L'influence de la Déclaration sur le discours sociétal et politique

En quoi le combat d’Olympe de Gouges pour l’égalité participe-t-il au mouvement des Lumières ?

I. Le contexte des Lumières

A. Les principes et idéaux des Lumières

B. La place des femmes dans le mouvement des Lumières

II. Le combat d'Olympe de Gouges pour l'égalité dans le cadre des Lumières

A. L'application des principes des Lumières à la question des droits des femmes

B. La critique du manque de représentation des femmes dans le mouvement des Lumières

III. L'impact du combat d'Olympe de Gouges sur les Lumières

A. La contribution d'Olympe de Gouges à l'évolution des Lumières

B. L'héritage d'Olympe de Gouges dans l'histoire des idées.

Sujet de dissertation :

Après la lecture de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne d'Olympe de Gouges, pensez-vous que littérature et politique fassent bon ménage, qu'une oeuvre peut être utile pour défendre une thèse ou dénoncer des inégalités ?

I. La littérature comme outil de plaidoyer

Expression des idées : La littérature offre un moyen d'exprimer des idées complexes et de diffuser des thèses politiques ou philosophiques de manière accessible et engageante. Olympe de Gouges utilise les conventions littéraires pour formuler une critique pointue des inégalités de genre de son époque, reprenant la structure de la "Déclaration des droits de l'homme et du citoyen" pour revendiquer l'égalité des sexes.

Sensibilisation et éducation : Les œuvres littéraires peuvent sensibiliser le public à des questions sociales, politiques et éthiques, en illustrant les conséquences humaines de certaines politiques ou pratiques sociales. De Gouges, à travers son texte, éduque et sensibilise sur la question de l'égalité des droits, en montrant l'absurdité et l'injustice de l'exclusion des femmes des droits politiques et sociaux.

II. La littérature comme miroir et critique de la société

Réflexion sur les normes sociales : La littérature peut refléter les normes, les valeurs et les conflits d'une société, offrant ainsi un miroir critique qui incite à la réflexion et au débat. En écho aux aspirations de la Révolution française, Olympe de Gouges souligne l'incohérence entre les idéaux de liberté, d'égalité et de fraternité et la réalité de l'exclusion des femmes de ces principes.

Dénonciation des inégalités : Les œuvres littéraires permettent de dénoncer les inégalités et les injustices de manière poignante et mémorable. La "Déclaration" de De Gouges dénonce non seulement les inégalités de genre, mais aussi remet en question les fondements mêmes de ces inégalités dans la loi et la société.

III. L'impact de la littérature sur la politique

Influence sur l'opinion publique : Les œuvres littéraires peuvent influencer l'opinion publique et contribuer à façonner le discours politique. Bien que la "Déclaration" de De Gouges ait été controversée à son époque, elle a posé les bases d'un débat continu sur les droits des femmes qui perdure aujourd'hui.

Inspiration pour le changement social : La littérature a le pouvoir d'inspirer le changement social et politique en présentant des visions alternatives de la société. Le texte de De Gouges a inspiré des générations de féministes et continue d'être un pilier dans l'étude des droits des femmes.

La "Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne" d'Olympe de Gouges illustre de manière convaincante comment la littérature peut efficacement faire bon ménage avec la politique, servant d'outil puissant pour défendre des idées, dénoncer des inégalités et inspirer le changement. Les œuvres littéraires ne se contentent pas de divertir ; elles ont également le potentiel de questionner, d'éduquer et de transformer la société.

En quoi l'oeuvre d'Olympe de Gouges est-elle caractéristique du siècle des Lumières ?

I. L'appel à la raison et à la justice

Rationalité et égalité : L'argumentation de De Gouges repose sur l'utilisation de la raison pour contester les inégalités de genre institutionnalisées. Elle utilise la logique et l'analyse critique, piliers des Lumières, pour démontrer l'absurdité et l'injustice du traitement inégal des femmes.

Justice universelle : En s'appuyant sur le concept des droits naturels, inhérents à tous les êtres humains, De Gouges revendique l'égalité des femmes devant la loi, un principe fondamental des Lumières qui prône une justice universelle basée sur la raison.

II. La remise en question des autorités et des traditions

Contestation des normes sociales : De Gouges défie les normes sociales et juridiques établies qui excluaient les femmes de la sphère publique et politique. Elle remet en question l'autorité traditionnelle, tant dans le domaine familial que dans la gouvernance de l'État, en cohérence avec l'esprit critique des Lumières envers les institutions obsolètes ou arbitraires.

Liberté d'expression : En publiant sa "Déclaration", De Gouges exerce et défend la liberté d'expression, un droit fondamental promu par les philosophes des Lumières. Son œuvre illustre la conviction que le progrès est possible grâce au débat ouvert et à la circulation des idées.

III. La valorisation de l'individu

Droits de la femme : De Gouges étend l'humanisme des Lumières à la moitié féminine de l'humanité, affirmant la valeur et la dignité de chaque individu, indépendamment du sexe. Elle plaide pour la reconnaissance des femmes en tant qu'individus à part entière, capables de raison et méritant les mêmes droits que les hommes.

Éducation et émancipation : Elle souligne l'importance de l'éducation pour l'émancipation des femmes, en ligne avec la croyance des Lumières dans l'éducation comme moyen de progrès individuel et social.

L'œuvre d'Olympe de Gouges est caractéristique du siècle des Lumières par son appel à la raison, sa critique des autorités et des traditions, son humanisme inclusif et sa vision progressiste du changement social. En défendant les droits des femmes avec une telle vigueur et une telle clarté, De Gouges non seulement incarne les idéaux des Lumières mais les étend également de manière cruciale pour inclure explicitement les femmes dans le discours sur l'égalité et la liberté.

 « Elle voulut être homme d'État et il semble que la loi ait puni cette conspiratrice d'avoir oublié les vertus qui conviennent à son sexe ». Au regard de cette citation, affirmée par un journaliste après l'exécution d'Olympe de Gouges, quelle est la place de cette dernière dans la Révolution ?

I. Pionnière des droits des femmes

Défense des droits des femmes : Olympe de Gouges est l'une des premières à avoir formulé de manière explicite les droits des femmes dans un cadre légal et politique, avec sa "Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne". Ce texte audacieux plaide pour l'égalité des sexes et le droit des femmes à participer à la vie politique, ce qui la positionne comme une pionnière du féminisme.

Engagement politique : En s'engageant activement dans le débat public et en publiant plusieurs écrits sur des sujets variés (abolition de l'esclavage, droits des femmes, réformes sociales), De Gouges s'est inscrite comme une figure intellectuelle et politique significative de la Révolution.

II. Critique de la Révolution

Questionnement des idéaux révolutionnaires : De Gouges a soutenu les principes de liberté et d'égalité promus par la Révolution, mais elle a critiqué la manière dont ces idéaux étaient appliqués, en particulier en ce qui concerne l'exclusion des femmes de la citoyenneté active.

Opposition à la violence : Elle s'est opposée à l'usage de la violence comme moyen politique, notamment à la Terreur, ce qui l'a mise en désaccord avec les dirigeants révolutionnaires de l'époque et a contribué à son isolement politique.

III. Répression et exclusion

Victime de la Terreur : L'arrestation, le procès et l'exécution d'Olympe de Gouges en 1793, sous des accusations de conspiration, montrent les limites de la tolérance de la Révolution envers les voix dissidentes, surtout celles des femmes s'engageant dans l'arène politique.

Marginalisation : La citation citée souligne la perception contemporaine d'Olympe de Gouges comme transgressant les normes de genre de son temps. Elle a été marginalisée et réprimée non seulement pour ses idées politiques mais aussi pour avoir osé défier les rôles de genre traditionnels.

La place d'Olympe de Gouges dans la Révolution française est celle d'une avant-gardiste dans la lutte pour les droits des femmes et la justice sociale, mais aussi celle d'une victime des contradictions et des limites de la Révolution elle-même. Sa vie et son œuvre illustrent la tension entre les idéaux révolutionnaires d'égalité et de liberté et la réalité d'une société qui restait profondément patriarcale et répressive envers les femmes qui défiaient l'ordre établi. Son héritage perdure comme un symbole de courage intellectuel et de l'importance de la lutte continue pour l'égalité des droits.

La littérature a-t-elle le pouvoir de transformer nos regards ?

Introduction

Amorce : Contextualisation d'Olympe de Gouges dans la période de la Révolution française, soulignant son rôle pionnier dans la lutte pour les droits des femmes.

Présentation de la citation : Introduction de la citation comme une apostrophe marquante qui résume l'appel de Gouges à l'émancipation féminine.

Problématique : Dans quelle mesure cette interpellation illustre-t-elle les combats et la singularité de l'œuvre d'Olympe de Gouges ?

Annonce du plan : Exploration de la dimension féministe de son œuvre, de son style d'écriture direct et interpellatif, et de la place de cette citation dans son combat global pour les droits humains.

I. Une expression de la lutte féministe

Exposition des thèmes féministes chez Olympe de Gouges, notamment à travers sa "Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne".

Analyse de la manière dont la citation reflète son appel à la prise de conscience et à l'action parmi les femmes de son époque.

Discussion des réactions contemporaines à ses idées et de leur pertinence à travers les âges.

II. Le style interpellatif d'Olympe de Gouges

Exploration de la rhétorique et du style d'écriture de Gouges, caractérisés par l'usage direct de l'apostrophe pour engager le lecteur.

Analyse de la citation comme technique rhétorique visant à éveiller l'émotion et à inciter à la réflexion.

Comparaison avec d'autres passages de son œuvre pour souligner la cohérence de son style.

III. La citation dans le contexte du combat plus large pour les droits humains

Mise en perspective de la citation au sein de l'œuvre globale de Gouges, qui inclut aussi la défense des droits des groupes marginalisés, comme les esclaves dans les colonies.

Discussion de la manière dont cette interpellation spécifique aux femmes s'inscrit dans son plaidoyer plus large pour l'égalité et la justice.

Réflexion sur l'héritage de Gouges et la résonance de ses écrits dans les luttes contemporaines pour les droits des femmes.

Synthèse des principaux points abordés et réponse à la problématique.

Réaffirmation de l'importance de la citation comme reflet de l'engagement et de la singularité de l'œuvre d'Olympe de Gouges.

Ouverture sur la pertinence continue de ses idées dans le contexte des débats actuels sur l'égalité de genre.

Sujet de dissertation : En quoi La Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne illustre‑t‑elle l'écriture militante d'Olympe de Gouges ?

Amorce : Présentation du contexte historique de la Révolution française, période de profonds bouleversements sociaux et politiques, mais aussi d'une prise de conscience des inégalités.

Présentation de l'œuvre : Introduction de "La Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne" comme une réponse féministe à "La Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen" de 1789.

Problématique : En quoi "La Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne" illustre-t-elle l'écriture militante d'Olympe de Gouges ?

Annonce du plan : Exploration des thèmes abordés par Gouges, de son style d'écriture et de l'impact de son œuvre dans le contexte de son époque et au-delà.

I. Une revendication des droits universels

Analyse des principaux articles de la Déclaration, soulignant l'extension des droits de l'homme aux femmes, dans une logique d'universalité et d'égalité.

Discussion du préambule, qui établit le fondement philosophique et moral de ses revendications, insistant sur la nécessité de reconnaître les femmes comme des citoyennes à part entière.

II. Le style et la rhétorique de l'engagement

Exploration du style d'écriture de Gouges, caractérisé par sa force persuasive, son utilisation de la rhétorique classique et son appel direct à la conscience du lecteur.

Analyse de la manière dont Gouges se sert de la parodie et de l'ironie, en reprenant la structure de la Déclaration des Droits de l'Homme, pour souligner les contradictions et les injustices de son exclusion des femmes.

III. L'impact et la réception de l'œuvre

Mise en contexte de la réception de la Déclaration dans la société de l'époque, marquée par des résistances importantes à l'idée de l'égalité des sexes.

Discussion de l'impact à long terme de l'œuvre sur les mouvements féministes ultérieurs, reconnaissant en Gouges une pionnière de la lutte pour les droits des femmes.

Synthèse des points abordés, répondant à la problématique par l'affirmation du caractère militant et avant-gardiste de l'écriture de Gouges.

Réaffirmation de l'importance historique et symbolique de "La Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne" comme un jalon essentiel dans la lutte pour l'égalité des droits.

Ouverture sur la pertinence continue des questions soulevées par Gouges dans les débats contemporains sur le genre et les droits des femmes.

Sujet de dissertation : 

Dans l’article 10 de La DDFC, Olympe de Gouges écrit : “La femme a le droit de monter sur l'échafaud, elle doit également avoir celui de monter à la tribune”. Selon vous, La DDFCest-elle une tribune efficace pour dénoncer les inégalités ?

L'article 10 de "La Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne" (DDFC) d'Olympe de Gouges offre une perspective puissante sur les inégalités de genre de son époque. En déclarant que si une femme a le droit d'être exécutée, elle devrait également avoir le droit de s'exprimer publiquement, de Gouges soulève une critique poignante de la société qui accepte la présence des femmes dans des rôles passifs ou punitifs, mais les exclut des sphères du discours et du pouvoir politique.

I. La DDFC comme tribune pour la revendication des droits des femmes

"La Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne" sert de tribune en elle-même, permettant à de Gouges de dénoncer les inégalités et d'appeler à un changement sociétal. En parodiant la structure de "La Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen", elle met en évidence les limites de l'universalisme proclamé par la Révolution française, qui excluait de fait les femmes de la citoyenneté active.

L'article 10, en particulier, utilise une rhétorique percutante pour dénoncer la contradiction inhérente à une société qui accepte la souffrance et la punition des femmes tout en leur refusant les droits civiques et politiques. Cette déclaration symbolise donc un appel à reconnaître l'égalité des femmes non seulement en droit, mais aussi dans la pratique de la délibération publique.

II. L'efficacité de la DDFC dans la dénonciation des inégalités

L'efficacité de la DDFC repose sur sa capacité à exposer et à contester les fondements des inégalités de genre. Le texte de Gouges a servi de catalyseur à des discussions et des débats, même s'il n'a pas immédiatement changé la législation ou les attitudes sociales de son temps.

L'usage audacieux de la langue, la logique irréfutable et la moralité élevée de la DDFC ont inscrit les inégalités de genre dans le discours public, offrant un cadre intellectuel et moral pour les luttes féministes futures. Bien que son impact immédiat ait été limité par les conditions politiques et sociales de l'époque, son influence s'est accrue avec le temps, inspirant les générations suivantes à poursuivre la lutte pour l'égalité des sexes.

III. Limitations et critiques de la DDFC comme tribune

Malgré son importance historique, la DDFC a aussi été critiquée pour ses limites, notamment en ce qui concerne son impact immédiat et sa réception par ses contemporains. Les idées de Gouges étaient en avance sur leur temps, et elle a souvent été marginalisée ou discréditée par ses pairs révolutionnaires.

De plus, la DDFC, en tant que texte, ne pouvait à elle seule surmonter les obstacles structurels et institutionnels à l'égalité des sexes. Elle constitue une tribune efficace pour dénoncer les inégalités, mais la transformation des idées en actions concrètes nécessite un engagement sociétal plus large et des changements dans les structures de pouvoir.

"La Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne" d'Olympe de Gouges, et en particulier son article 10, représente une tribune efficace pour la dénonciation des inégalités de genre, mettant en lumière les contradictions et les injustices de son époque. Bien que ses effets immédiats aient été limités, son influence à long terme en tant que document fondateur du féminisme est incontestable. Elle incarne l'esprit de résistance et l'appel à l'action, essentiels pour avancer vers une société plus égalitaire.

“Si dans mes réflexions, il n’y a point d’énergie, mon sexe m’en justifie ; si mon style est décousu et diffus, mon trouble est mon excuse” affirme Olympe de Gouges dans sa Lettre au peuple en 1788. Ce propos vous semble-t-il propre à éclairer la lecture de La Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne ?

I. La revendication d'une voix féminine dans l'espace public

La première partie de la citation, où de Gouges évoque l'absence d'énergie comme justifiable par son sexe, peut être vue comme une anticipation des critiques qu'elle pourrait rencontrer en tant que femme s'exprimant sur des questions politiques et sociales. Cette autocritique préemptive sert à désamorcer les attaques basées sur son genre, tout en soulignant l'injustice de telles critiques.

Dans la DDFC, de Gouges revendique explicitement le droit pour les femmes de participer au discours public et politique, en réaction à leur exclusion de "La Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen". La citation de la "Lettre au peuple" résonne donc comme un écho de cette lutte pour la reconnaissance de la légitimité et de la capacité des femmes à contribuer au débat public.

II. Le style comme expression du trouble et de l'urgence

En évoquant son style "décousu et diffus" comme le reflet de son trouble, de Gouges met en lumière la dimension émotionnelle et personnelle de son engagement. Cette honnêteté dans l'expression de ses sentiments et de ses doutes renforce la force persuasive de son discours, en humanisant sa démarche et en rendant ses revendications plus accessibles et touchantes.

La DDFC, bien que structurée et articulée autour d'un pastiche de la Déclaration des Droits de l'Homme, porte également la marque de cette intensité émotionnelle et de cette urgence. La passion de de Gouges pour la justice et l'égalité transparaît à travers son style, qui, bien loin d'être un défaut, devient une arme rhétorique pour sensibiliser son audience aux injustices faites aux femmes.

III. La légitimité de la cause au-delà du style

La citation de la "Lettre au peuple" peut être interprétée comme un rappel que le fond et la cause défendus par de Gouges surpassent les critiques que l'on pourrait adresser à son style ou à sa démarche. Cela souligne l'importance de se concentrer sur les idées et les revendications qu'elle présente dans la DDFC, plutôt que sur la forme ou le style de son écriture.

Cette perspective nous incite à lire la DDFC en valorisant le courage et la clairvoyance de de Gouges, qui, malgré les obstacles liés à son genre et les critiques potentielles sur son style, a su articuler une vision profondément novatrice et égalitaire des droits humains.

La citation d'Olympe de Gouges dans sa "Lettre au peuple" éclaire la lecture de la DDFC en mettant en avant la complexité de sa position en tant que femme dans l'espace public et la force de son engagement malgré les critiques possibles sur son style. Cette réflexion enrichit notre compréhension de la DDFC, en soulignant la profondeur de l'engagement de de Gouges et la pertinence de ses revendications, au-delà des questions de forme.

Sujet : La littérature peut-elle avoir un pouvoir politique ?

Vous répondrez à cette question dans un développement organisé en vous appuyant sur la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne d'Olympe de Gouges, sur les textes que vous avez étudiés dans le cadre du parcours associé et sur votre culture personnelle.

Amorce : Réflexion sur le rôle historique de la littérature comme vecteur de changement social et politique, évoquant des œuvres qui ont marqué leur époque.

Présentation de la problématique : Peut-on considérer la littérature comme un acteur politique à part entière, capable d'influencer les mentalités et de participer aux débats sociétaux ?

Annonce du plan : Exploration de la dimension politique de la littérature à travers l'analyse de la DDFC d'Olympe de Gouges, d'autres textes pertinents et d'exemples de la culture personnelle.

I. La littérature comme expression de la lutte pour les droits et les libertés

Analyse de la DDFC d'Olympe de Gouges comme exemple de littérature engagée, utilisant le langage et la structure d'un document officiel pour revendiquer l'égalité des droits.

Évocation d'autres œuvres littéraires étudiées, telles que les pamphlets de la Révolution française ou les romans du XIXe siècle abordant la question sociale (par exemple, "Les Misérables" de Victor Hugo), pour montrer comment la littérature peut s'emparer des enjeux politiques de son temps.

Réflexion sur la capacité de la littérature à sensibiliser, à éduquer et à mobiliser l'opinion publique autour de causes telles que la justice sociale, les droits civiques ou l'égalité des genres.

II. La littérature comme espace de débat et de contestation

Discussion sur le rôle de la littérature comme forum pour le débat d'idées, où différents points de vue politiques et sociaux peuvent être explorés et confrontés.

Exemples de textes littéraires qui ont servi de catalyseurs à la réflexion et au débat public, comme les essais de la période des Lumières ou la littérature d'opposition dans les régimes autoritaires.

Analyse de la manière dont la littérature peut remettre en question les idéologies dominantes, dénoncer les abus de pouvoir et imaginer des alternatives à l'ordre établi.

III. Les limites et les défis du pouvoir politique de la littérature

Réflexion critique sur les limites de l'impact politique de la littérature, prenant en compte les barrières de la censure, les enjeux de la réception par le public et le risque de récupération commerciale ou idéologique.

Discussion sur les défis contemporains de la littérature engagée à l'ère numérique, face à la prolifération des médias et à la fragmentation de l'espace public.

Exemples de réussites et d'échecs de la littérature dans son entreprise de changement politique, évaluant l'importance du contexte historique, culturel et social dans la détermination de son efficacité.

Synthèse des idées principales abordées, réaffirmant la capacité de la littérature à agir comme un acteur politique influent, capable de questionner, de dénoncer et de proposer des visions alternatives de la société.

Ouverture sur la nécessité pour les écrivains et les lecteurs de rester conscients du potentiel politique de la littérature, tout en étant critiques vis-à-vis de ses limites et des défis qu'elle rencontre dans le monde contemporain.

Sujet de dissertation : « Comment Olympe de Gouges, à travers ses écrits, a-t-elle contribué à l’émancipation des femmes au XVIIIème siècle en France ? »

Vous répondrez à cette question dans un développement organisé. Votre réflexion prendra appui sur l’œuvre d'Olympe de Gouges, la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne au programme, sur le travail mené dans le cadre du parcours associé et sur votre culture littéraire.

Amorce : Contextualisation d'Olympe de Gouges dans la période révolutionnaire française, époque de profonds bouleversements politiques et sociaux, mais aussi de contradictions, notamment en ce qui concerne le rôle et les droits des femmes.

Présentation du sujet : Focus sur "La Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne" comme texte emblématique de son engagement pour l'égalité des sexes.

Problématique : Comment les écrits d'Olympe de Gouges, en particulier sa Déclaration, ont-ils œuvré pour l'émancipation des femmes au XVIIIème siècle ?

Annonce du plan : Examen de la portée de son œuvre sur la condition féminine de l'époque, son style et sa rhétorique comme vecteurs d'émancipation, et la postérité de ses idées.

I. "La Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne" : une œuvre fondatrice

Analyse du contenu de la Déclaration, en mettant en avant la manière dont de Gouges a revendiqué l'égalité de droits, le droit de vote, le droit à l'éducation et à la propriété pour les femmes, en parallèle avec "La Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen".

Discussion sur le préambule et les articles les plus significatifs, illustrant comment de Gouges a déconstruit les préjugés de son époque et posé les bases d'une réflexion moderne sur les droits des femmes.

II. Le style et la rhétorique d'Olympe de Gouges : des outils d'émancipation

Exploration du style d'écriture de de Gouges, caractérisé par son direct, son ironie et sa capacité à s'adresser tant aux femmes qu'aux hommes de son époque, les incitant à réfléchir sur la question de l'égalité des sexes.

Analyse de la stratégie rhétorique employée dans sa Déclaration, utilisant la parodie et l'appel émotionnel pour toucher un large public et susciter une prise de conscience.

III. L'impact et la postérité des écrits d'Olympe de Gouges

Évaluation de l'impact immédiat de la Déclaration sur la société française du XVIIIème siècle, en tenant compte du contexte politique répressif qui a limité sa diffusion et conduit à la marginalisation de de Gouges.

Réflexion sur la postérité de l'œuvre de de Gouges, son influence sur les mouvements féministes ultérieurs et sa reconnaissance progressive comme figure pionnière de la lutte pour les droits des femmes.

Synthèse des principaux arguments développés, réaffirmant le rôle crucial d'Olympe de Gouges et de sa Déclaration dans l'histoire de l'émancipation féminine.

Réflexion finale sur la pertinence continue de ses écrits dans les débats contemporains sur l'égalité des genres, soulignant comment les questions soulevées par de Gouges restent d'actualité.

L'analyse de l'œuvre d'Olympe de Gouges, en particulier de sa "Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne", révèle l'ampleur de sa contribution à l'émancipation des femmes. Par son audace et sa clairvoyance, de Gouges a ouvert la voie à une réflexion plus égalitaire sur les droits et les rôles des femmes dans la société, faisant d'elle une figure incontournable de la littérature engagée et du féminisme.

« Pour une femme, écrire a toujours été subversif : elle sort ainsi de la condition qui lui est faite et entre commepar effraction dans un domaine qui lui est interdit », écrit Béatrice Slama dans De la « littérature féminine » à « l’écrire-femme » : différence et institution (Littérature n°44, 1981). Dans quelle mesure pensez-vous que ce jugement puisse s’appliquer àOlympe de Gouges quand elle publie la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne ?Vous répondrez à cette question dans un développement organisé en vous appuyant sur la Déclaration des droits de la femme etde la citoyenne, sur les textes que vous avez étudiés dans le cadre du parcours associé, et sur votre culture personnelle

Dans la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne Olympe de Gouges ne lutte-t-elle que pour le droits des femmes ?

Amorce : Présentation de la période révolutionnaire française comme contexte de rédaction de la Déclaration, marquée par un idéal d'égalité et de liberté.

Présentation du sujet : Examen de la "Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne" comme texte emblématique de la lutte pour l'égalité des sexes, tout en interrogeant sa portée plus large.

Problématique : Olympe de Gouges se limite-t-elle à défendre les droits des femmes dans sa Déclaration, ou ses écrits revêtent-ils une dimension plus universelle de lutte contre les injustices ?

Annonce du plan : Exploration de la lutte de Gouges pour les droits des femmes, de ses revendications universelles en matière de droits humains, et de l'impact de son œuvre sur les mouvements sociaux ultérieurs.

I. Une lutte emblématique pour les droits des femmes

Analyse des articles de la Déclaration qui soulignent directement l'égalité des droits entre hommes et femmes, tels que le droit à la liberté, à la propriété, à la sûreté et à la résistance à l'oppression.

Discussion sur la manière dont Gouges remet en question les normes sociales et juridiques de son époque qui reléguent les femmes à un statut inférieur.

II. Au-delà des droits des femmes : une vision universelle des droits humains

Exploration des aspects de la Déclaration qui touchent à des principes universels de justice et d'égalité, soulignant que la lutte de Gouges n'est pas confinée aux seules questions de genre.

Examen de son engagement contre l'esclavage, illustré par son ouvrage "L'Esclavage des Noirs ou l'Heureux Naufrage", démontrant sa préoccupation pour les droits humains au sens large.

Discussion sur la manière dont la Déclaration peut être lue comme un appel à une réforme sociale et politique plus globale, incluant mais ne se limitant pas aux droits des femmes.

III. L'héritage et l'impact de la Déclaration dans les mouvements sociaux

Réflexion sur la manière dont les idées de Gouges ont influencé les mouvements féministes ultérieurs, mais aussi d'autres luttes pour l'égalité et la justice sociale.

Analyse de la réception de la Déclaration au fil du temps, et de son intégration dans le discours des droits humains modernes, témoignant de son universalité.

Examen des liens entre les écrits de Gouges et d'autres textes littéraires engagés qui ont suivi, soulignant la continuité des thèmes de justice sociale et d'égalité.

Synthèse des arguments présentés, affirmant que la "Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne" d'Olympe de Gouges dépasse la seule question des droits des femmes pour toucher à des enjeux universels de droits humains.

Réaffirmation de l'importance de Gouges dans l'histoire des idées comme figure qui, bien que focalisée sur l'égalité des sexes, a embrassé une vision plus large de la justice et de l'égalité pour tous.

Ouverture sur la pertinence continue de ses écrits dans les débats contemporains sur l'égalité et les droits humains.

Ainsi, la "Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne" d'Olympe de Gouges s'inscrit dans une démarche qui, tout en étant ancrée dans la lutte pour les droits des femmes, s'élève à une critique plus vaste des inégalités et des injustices, faisant d'elle une œuvre fondamentale dans l'histoire des droits humains.

« Pour une femme, écrire a toujours été subversif : elle sort ainsi de la condition qui lui est faite et entre comme par effraction dans un domaine qui lui est interdit », écrit Béatrice Slama dans De la « littérature féminine » à « l’écrire-femme » : différence et institution (Littérature n°44, 1981). Dans quelle mesure pensez-vous que ce jugement puisse s’appliquer à Olympe de Gouges quand elle publie la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne ? Vous répondrez à cette question dans un développement organisé en vous appuyant sur la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, sur les textes que vous avez étudiés dans le cadre du parcours associé, et sur votre culture personnelle.

Amorce : Contextualisation de l'écriture féminine dans l'histoire littéraire, souvent marquée par des contraintes sociales et des préjugés qui ont longtemps confiné les femmes à la sphère privée.

Présentation du sujet : Examen de l'acte d'écrire d'Olympe de Gouges comme geste subversif, à travers sa "Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne".

Problématique : Dans quelle mesure l'engagement d'Olympe de Gouges, en publiant sa Déclaration, constitue-t-il un acte de subversion et une entrée "par effraction" dans le domaine de l'expression publique et politique ?

Annonce du plan : Exploration de la portée subversive de la Déclaration, de sa réception et de son influence, et de la place d'Olympe de Gouges dans la tradition de l'écriture féminine subversive.

I. La Déclaration : un acte de subversion littéraire et politique

Analyse de la "Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne" comme texte fondateur qui remet en question l'ordre social et politique établi, en revendiquant l'égalité des sexes et le droit des femmes à participer à la sphère publique.

Discussion sur la manière dont de Gouges s'approprie et détourne la forme de la "Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen", un acte subversif qui lui permet d'inscrire les femmes dans le discours révolutionnaire et de revendiquer leur place dans la nouvelle société en construction.

II. Réception et influence de la Déclaration

Examen de la réception de la Déclaration à l'époque de de Gouges, souvent marquée par l'hostilité et le rejet, reflétant les résistances auxquelles les femmes auteures et intellectuelles étaient confrontées.

Analyse de l'influence posthume de la Déclaration et de l'œuvre de de Gouges sur les mouvements féministes ultérieurs, soulignant comment son écriture a ouvert la voie à une prise de parole féminine plus affirmée et plus visible dans l'espace public.

III. Olympe de Gouges dans la tradition de l'écriture féminine subversive

Mise en perspective de l'œuvre de de Gouges avec d'autres textes de femmes qui ont utilisé l'écriture comme moyen de contester leur condition et de revendiquer leur autonomie, de Christine de Pizan à Virginia Woolf et Simone de Beauvoir.

Réflexion sur la manière dont l'écriture de de Gouges s'inscrit dans une tradition d'"écrire-femme" qui, au-delà de la revendication des droits des femmes, interroge et déplace les frontières du discours dominant.

Synthèse des points abordés, réaffirmant le caractère subversif de l'écriture d'Olympe de Gouges et son importance dans l'histoire de la littérature féminine et de la pensée féministe.

Ouverture sur la pertinence continue de son œuvre comme source d'inspiration pour les luttes contemporaines pour l'égalité et la reconnaissance de la voix des femmes dans tous les domaines de la société.

En publiant sa "Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne", Olympe de Gouges n'a pas seulement lutté pour les droits des femmes ; elle a aussi posé un acte profondément subversif en s'appropriant un espace d'expression qui lui était théoriquement interdit, marquant ainsi de son empreinte l'histoire de la littérature et de la pensée féministe.

Sujet de dissertation : « Homme, es-tu capable d’être juste ? C’est une femme qui t’en fait la question ; tu ne lui ôteras pas du moins ce droit. Dis-moi ? Qui t’a donné le souverain empire d’opprimer mon sexe ? » s’indigne Olympe de Gouges au début de sa Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne. En quoi ce cri de révolte illustre-t-il le combat des femmes pour accéder à l’égalité des droits ?

Amorce : Contextualisation de l'œuvre d'Olympe de Gouges dans le sillage de la Révolution française, période de revendications de liberté et d'égalité, mais qui a largement exclu les femmes de ses idéaux.

Présentation de la citation : Cette interpellation d'Olympe de Gouges marque le début de sa "Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne" et pose les bases de son argumentation en faveur de l'égalité des sexes.

Problématique : Comment ce cri de révolte d'Olympe de Gouges traduit-il les aspirations et les luttes des femmes pour l'accès à une égalité de droits pleine et entière ?

Annonce du plan : Examen de la remise en question de l'autorité patriarcale, de l'affirmation du droit des femmes à la justice et de la revendication d'une égalité légale et sociale.

I. La remise en question de l'autorité patriarcale

Analyse de la question rhétorique posée par de Gouges, qui conteste directement le droit des hommes à dominer le sexe féminin. Cette remise en question de l'autorité patriarcale est fondamentale dans le combat pour l'égalité des droits, car elle dénonce la légitimité même de l'inégalité de genre.

Discussion sur la manière dont de Gouges utilise cette interpellation pour briser le silence imposé aux femmes et leur donner une voix dans le débat public.

II. L'affirmation du droit des femmes à la justice

Exploration du concept de justice dans l'œuvre de de Gouges, où elle revendique non seulement l'égalité des droits mais aussi la reconnaissance des femmes comme sujets de droit à part entière.

Discussion sur l'importance de cette demande de justice dans le cadre plus large des luttes des femmes pour l'égalité, soulignant que l'accès à la justice est un préalable indispensable à l'obtention de tous les autres droits.

III. La revendication d'une égalité légale et sociale

Examen des implications de la citation dans le contexte de la "Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne", où de Gouges formule des propositions concrètes pour l'instauration d'une égalité légale et sociale entre hommes et femmes.

Analyse de la portée de ces revendications pour le combat des femmes, montrant comment de Gouges anticipe les principaux enjeux du féminisme moderne, notamment l'égalité devant la loi, le droit de vote et l'accès aux mêmes responsabilités publiques et privées que les hommes.

Synthèse des points abordés, réaffirmant le caractère emblématique de l'interpellation de de Gouges comme illustration du combat des femmes pour l'égalité des droits.

Réflexion finale sur l'héritage de de Gouges et sur la pertinence continue de son appel à la justice et à l'égalité dans les luttes féministes contemporaines.

La citation d'Olympe de Gouges constitue un appel intemporel à la réflexion et à l'action en faveur de l'égalité des droits. En défiant ouvertement l'autorité patriarcale et en revendiquant la justice et l'égalité pour son sexe, de Gouges a posé les fondations du combat féministe et continue d'inspirer les générations futures dans leur quête d'une société plus équitable.

Sujet de dissertation : La Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne : une oeuvre de combat ?

Amorce : Contextualisation de la "Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne" dans le sillage de la Révolution française, période de bouleversements sociaux et politiques majeurs.

Présentation de l'œuvre : Introduction de la Déclaration comme réponse directe à l'exclusion des femmes des droits proclamés en 1789.

Problématique : En quoi la "Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne" peut-elle être considérée comme une œuvre de combat ?

Annonce du plan : Exploration de la critique des inégalités de genre, des revendications d'égalité formulées par de Gouges, et de l'impact de son œuvre dans les débats sur les droits des femmes.

I. Une critique virulente des inégalités de genre

Analyse de l'approche critique de de Gouges, qui dénonce les fondements de l'inégalité de genre institutionnalisée par la société de son temps, en questionnant la légitimité de l'exclusion des femmes des droits nouvellement définis.

Discussion sur la manière dont de Gouges utilise la satire et la parodie pour mettre en lumière les contradictions de la Révolution française concernant les droits des femmes.

II. Les revendications pour l'égalité des droits

Examen des principales revendications de la Déclaration, notamment l'égalité civile et politique, le droit de vote, l'accès à toutes les fonctions publiques, et le droit à la propriété.

Analyse de l'article 10, où de Gouges affirme que si une femme peut être guillotinée, elle devrait aussi avoir le droit de voter, illustrant sa demande d'une pleine citoyenneté pour les femmes.

III. L'impact et la postérité de l'œuvre

Réflexion sur l'accueil et la réception de la Déclaration à l'époque de de Gouges, marquée par une opposition significative et la marginalisation de son auteure, qui a finalement été exécutée pour ses idées.

Discussion sur l'héritage de la Déclaration dans les mouvements féministes ultérieurs, soulignant comment les idées de de Gouges ont préfiguré les grandes luttes pour l'égalité des sexes des siècles suivants.

Synthèse des points abordés, affirmant le caractère combattif de la "Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne" tant dans son contenu que dans son contexte historique.

Ouverture sur la pertinence continue de l'œuvre de de Gouges dans les débats contemporains sur l'égalité des sexes, soulignant que les questions qu'elle a soulevées restent d'actualité.

La "Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne" se révèle être une œuvre de combat à plusieurs égards : par sa critique incisive des inégalités de genre, par ses revendications audacieuses en faveur de l'égalité des droits, et par son influence durable dans les luttes féministes. Olympe de Gouges, à travers ce texte, s'est inscrite comme une combattante pour la justice et l'égalité, laissant un héritage qui continue d'inspirer les générations futures.

Sujet de dissertation : Selon vous, comment la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne met-elle en oeuvre le pouvoir des mots ?

Amorce : Réflexion sur le rôle des mots et du langage dans la transformation des idées et des sociétés, soulignant comment les textes fondateurs peuvent influencer les mentalités et les législations.

Présentation de l'œuvre : Introduction de la "Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne" comme un texte qui se sert du langage pour contester l'ordre établi et plaider pour l'égalité des sexes.

Problématique : De quelle manière la "Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne" mobilise-t-elle le pouvoir des mots pour défendre la cause des femmes ?

Annonce du plan : Analyse de la structure parodique du texte, de son usage de la rhétorique persuasive, et de la vision émancipatrice qu'elle véhicule.

I. La structure parodique : un détournement subversif

Exploration de la manière dont de Gouges s'approprie la structure de la "Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen" pour en créer une version féminine, soulignant la parodie comme technique subversive qui met en lumière les lacunes et les contradictions de l'original en ce qui concerne les droits des femmes.

Discussion sur l'efficacité de cette approche parodique pour remettre en question la légitimité des exclusions basées sur le genre et pour revendiquer une inclusion des femmes dans le discours des droits universels.

II. La rhétorique persuasive : interpeller et convaincre

Analyse des stratégies rhétoriques employées par de Gouges, notamment les questions rhétoriques, l'appel à la justice et à la raison, et l'utilisation d'exemples concrets, pour interpeller directement le lecteur et le convaincre de la justesse de ses revendications.

Réflexion sur la manière dont de Gouges mobilise les émotions et la logique pour créer un discours puissant qui vise à ébranler les préjugés et à encourager une prise de conscience de l'injustice faite aux femmes.

III. La vision émancipatrice : proposer un nouvel ordre

Examen de la capacité de la "Déclaration" à articuler une vision positive et émancipatrice de la société, où les femmes jouiraient des mêmes droits et libertés que les hommes, illustrant comment les mots peuvent non seulement critiquer mais aussi construire et inspirer.

Discussion sur l'impact de cette vision proposée par de Gouges sur les débats ultérieurs concernant les droits des femmes et sur la manière dont elle a contribué à façonner le discours féministe.

Synthèse des points abordés, soulignant la manière dont la "Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne" exploite le pouvoir des mots pour contester, persuader et proposer un monde plus égalitaire.

Réflexion finale sur l'importance du langage et de l'expression littéraire dans la lutte pour les droits et l'égalité, avec la "Déclaration" de de Gouges comme exemple emblématique de cette dynamique.

La "Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne" met en œuvre le pouvoir des mots de manière magistrale, en utilisant la parodie pour critiquer, la rhétorique pour persuader et une vision émancipatrice pour inspirer. À travers ce texte, Olympe de Gouges démontre que le langage est une arme puissante dans le combat pour l'égalité et la justice.

Selon Benoîte Groult dans Ainsi soit Olympe de Gouges, Gouges « a

été la première féministe à comprendre [...] que le sexisme n’était qu’une des variantes du racisme, et à s’élever à la fois contre l’oppression des femmes et contre l’esclavage des Noirs. » En quoi cette autrice est-elle une figure fondatrice des combats pour l’égalité ?

Amorce : Présentation d'Olympe de Gouges dans le contexte de la Révolution française, une époque de bouleversements idéologiques où les questions de droits et d'égalité étaient au cœur des débats.

Présentation de la citation de Benoîte Groult : Introduction de la vision de Groult sur Gouges comme précurseur de la compréhension des liens entre sexisme et racisme.

Problématique : En quoi Olympe de Gouges peut-elle être considérée comme une figure fondatrice des combats pour l'égalité ?

Annonce du plan : Exploration de son combat féministe, de son engagement contre l'esclavage et de l'héritage de ses idées.

I. Le combat féministe d'Olympe de Gouges

Analyse de la "Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne" comme texte fondateur du féminisme, où Gouges revendique l'égalité de droits, le droit de vote, et l'accès aux fonctions publiques pour les femmes.

Discussion sur la manière dont Gouges a utilisé son œuvre pour critiquer les normes sociales et juridiques de son époque qui confinaient les femmes à un statut inférieur, faisant d'elle une pionnière dans la lutte pour l'égalité des sexes.

II. L'opposition à l'esclavage

Examen de l'engagement de Gouges contre l'esclavage, notamment à travers sa pièce "L'Esclavage des Noirs ou l'Heureux Naufrage", démontrant sa prise de position contre l'esclavage bien avant que cette question ne devienne centrale dans le débat public français.

Réflexion sur la manière dont Gouges a lié la lutte contre l'esclavage à celle pour les droits des femmes, illustrant une compréhension précoce des interconnexions entre différentes formes d'oppression.

III. L'héritage et l'impact des idées de Gouges

Discussion sur la réception des idées de Gouges à son époque, souvent marquée par l'hostilité et la marginalisation, et sur la manière dont elle a été réhabilitée et célébrée posthumément comme une figure de proue des droits humains.

Analyse de l'influence de Gouges sur les mouvements féministes et abolitionnistes ultérieurs, soulignant comment ses écrits ont continué à inspirer les combats pour l'égalité bien après sa mort.

Synthèse des points abordés, réaffirmant le rôle d'Olympe de Gouges comme figure fondatrice des combats pour l'égalité, grâce à son engagement féministe et son opposition à l'esclavage.

Réflexion finale sur la pertinence de son œuvre dans les débats contemporains sur l'intersectionnalité et les droits humains, soulignant la modernité de sa pensée.

Olympe de Gouges incarne ainsi une figure fondatrice des combats pour l'égalité, non seulement par son féminisme précurseur mais aussi par sa lutte contre l'esclavage, anticipant les débats modernes sur l'intersectionnalité des oppressions. Son héritage demeure une source d'inspiration pour les mouvements actuels qui continuent de lutter pour une société plus juste et égalitaire.

Sujet de dissertation : La Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne n’est-elle qu’un pastiche de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen ?

Amorce : Contextualisation de la "Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne" dans le sillage de la Révolution française, période marquée par des idéaux d'égalité et de liberté.

Présentation du sujet : Introduction de la Déclaration comme une réponse à la "Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen", soulignant la nécessité d'élargir ces droits aux femmes.

Problématique : La "Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne" est-elle seulement un pastiche de son homologue masculine, ou représente-t-elle une œuvre fondamentale à part entière ?

Annonce du plan : Exploration de la structure et de la forme de la Déclaration, de son contenu innovant, et de son impact historique et symbolique.

I. Structure et forme : un détournement stratégique

Analyse de la manière dont Gouges s'approprie la structure de la "Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen", utilisant cette forme reconnue pour insuffler de nouvelles idées et revendications centrées sur les droits des femmes.

Discussion sur l'usage de la parodie comme moyen de critiquer l'exclusion des femmes des droits proclamés en 1789, soulignant la subtilité de cette approche qui attire l'attention sur les lacunes de la déclaration originale.

II. Contenu innovant : au-delà de la simple imitation

Examen des articles spécifiques de la Déclaration qui abordent des enjeux propres aux femmes, tels que l'égalité civile et politique, le droit au divorce, et l'égalité parentale, mettant en lumière l'originalité et la profondeur de la réflexion de Gouges.

Réflexion sur la préface et le postambule de la Déclaration, où Gouges élargit le débat en intégrant des considérations sur la moralité et la justice sociale, démontrant que son texte dépasse la simple imitation pour proposer une vision éthique et politique novatrice.

III. Impact historique et symbolique : une résonance durable

Discussion sur la réception de la Déclaration à son époque, souvent perçue comme radicale et controversée, et sur la manière dont elle a été marginalisée, voire oubliée, avant d'être redécouverte et célébrée par les mouvements féministes ultérieurs.

Analyse de l'impact symbolique et historique de la Déclaration, considérée aujourd'hui comme un texte fondateur du féminisme, soulignant son rôle dans l'évolution des droits des femmes et sa contribution à la pensée féministe moderne.

Synthèse des points abordés, affirmant que la "Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne" va bien au-delà du simple pastiche pour constituer une œuvre pionnière qui interpelle, questionne et propose.

Réflexion finale sur l'importance de reconnaître la portée de ce texte, non seulement dans le contexte historique de sa rédaction mais aussi dans les luttes contemporaines pour l'égalité des sexes.

La "Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne" d'Olympe de Gouges, loin de se réduire à un pastiche, s'affirme comme une œuvre audacieuse qui a su utiliser la forme d'un texte existant pour en subvertir le contenu et adresser des enjeux spécifiques et fondamentaux liés aux droits des femmes.

Selon Olivier Blanc dans un numéro spécial de la revue L'Histoire intitulé « Citoyenne Olympe », « il faudrait beaucoup de mauvaise foi pour ne pas reconnaître en Olympe de Gouges un “grand homme” ». En quoi l'engagement d'Olympe de Gouges pourrait‑il être qualifié d'humaniste ?

Amorce : Présentation d'Olympe de Gouges dans le contexte de la Révolution française, une période marquée par des débats intenses sur les droits et la citoyenneté.

Présentation de la citation d'Olivier Blanc : Introduction de l'idée que de Gouges mérite la reconnaissance en tant que figure majeure de l'histoire pour son engagement humaniste.

Problématique : En quoi les actions et les écrits d'Olympe de Gouges incarnent-ils les principes de l'humanisme ?

Annonce du plan : Exploration de ses principes égalitaires, de son opposition à l'esclavage et de sa contribution à l'humanisme.

I. Principes égalitaires et lutte pour les droits des femmes

Analyse de la "Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne" comme manifeste pour l'égalité des sexes, où de Gouges revendique les mêmes droits pour les femmes que ceux énoncés pour les hommes dans la "Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen".

Discussion sur la manière dont de Gouges met en avant l'idée que la liberté, l'égalité et la fraternité ne peuvent être pleinement réalisées sans inclure les femmes dans ces principes, reflétant une vision humaniste de la société.

II. Opposition à l'esclavage et défense des droits universels

Examen de l'engagement de de Gouges contre l'esclavage, notamment à travers sa pièce "Zamore et Mirza" ou "L'Esclavage des Noirs", qui dénonce les horreurs de l'esclavage et plaide pour son abolition.

Réflexion sur la manière dont cet engagement contre l'esclavage illustre une conception humaniste des droits, basée sur l'universalité de la dignité humaine et le rejet de toute forme d'oppression.

III. Contribution à l'idéal humaniste

Discussion sur la vision de de Gouges d'une société où la justice et l'égalité prévalent, montrant comment ses écrits et son action publique contribuent à l'élaboration d'un idéal humaniste.

Analyse de la manière dont son combat pour l'inclusion des femmes et des personnes opprimées dans le contrat social s'inscrit dans une tradition humaniste, cherchant à élargir la portée de l'émancipation humaine.

Synthèse des points abordés, réaffirmant la stature d'Olympe de Gouges en tant que figure humaniste majeure, dont l'œuvre transcende son époque et continue d'inspirer les luttes pour l'égalité et la justice.

Réflexion finale sur l'importance de reconnaître et de célébrer l'apport d'Olympe de Gouges à l'histoire des idées humanistes.

L'engagement d'Olympe de Gouges, à travers ses prises de position pour l'égalité des sexes, son opposition à l'esclavage et sa vision d'une société plus juste, incarne les valeurs fondamentales de l'humanisme. Elle mérite ainsi d'être reconnue non seulement comme un "grand homme" au sens figuré, mais surtout comme une figure essentielle dans l'histoire des combats pour les droits humains et l'égalité.

« Si dans mes réflexions il n'y a point d'énergie, mon sexe m'en justifie ; si mon style est décousu et diffus, mon trouble est mon excuse », affirme Olympe de Gouges lorsqu'elle rédige sa Lettre au peuple en 1788. Ce propos vous semble‑t‑il convaincant pour qualifier la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne ?

Amorce : Présentation de la citation dans le contexte de la fin du XVIIIe siècle, une période marquée par des débats intenses sur les droits et la place des femmes dans la société.

Présentation de l'œuvre : Introduction de la "Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne" comme un texte fondateur du féminisme, rédigé dans un contexte d'exclusion des femmes du débat public.

Problématique : Dans quelle mesure les propos de de Gouges dans sa "Lettre au peuple" peuvent-ils être considérés comme convaincants pour qualifier sa "Déclaration" ?

Annonce du plan : Analyse du contexte des propos de de Gouges, de la réception de la "Déclaration" et de la qualité de son argumentation et de son style.

I. Contexte des propos de de Gouges

Discussion sur les défis auxquels de Gouges était confrontée en tant que femme écrivaine dans une société patriarcale, où les contributions intellectuelles des femmes étaient souvent dévalorisées ou ignorées.

Réflexion sur la manière dont sa citation peut être vue comme une stratégie rhétorique pour préempter et désamorcer les critiques basées sur son genre.

II. Réception de la "Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne"

Examen de la réception contemporaine de la "Déclaration", qui a suscité à la fois admiration et hostilité, et de la manière dont les critiques de l'époque auraient pu être influencées par les préjugés de genre soulignés par de Gouges.

Analyse des critiques spécifiques adressées à de Gouges concernant son prétendu manque "d'énergie" et la "diffusion" de son style, en les mettant en relation avec les normes et attentes de son temps envers les écrits féminins.

III. Qualité de la "Déclaration" et justification des propos de de Gouges

Discussion sur la force et la cohérence de l'argumentation de la "Déclaration", qui, malgré le contexte d'écriture et les obstacles potentiels évoqués par de Gouges, présente une analyse pénétrante et une vision claire pour l'égalité des droits.

Réflexion sur le style de la "Déclaration", qui, loin d'être "décousu et diffus", utilise efficacement la rhétorique pour interpeller, persuader et mobiliser, témoignant de la capacité de de Gouges à transcender les limitations imposées par son sexe.

Synthèse des points abordés, affirmant que, bien que les propos de de Gouges dans sa "Lettre au peuple" reflètent les défis auxquels elle était confrontée, la qualité et la force de la "Déclaration" démontrent sa capacité à dépasser ces obstacles.

Réflexion finale sur l'importance de contextualiser la "Déclaration" et les propos de de Gouges pour apprécier pleinement la portée et la valeur de son œuvre dans l'histoire du féminisme.

Les propos d'Olympe de Gouges dans sa "Lettre au peuple" révèlent une stratégie de défense anticipée face aux critiques, mais l'examen approfondi de la "Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne" montre qu'elle a largement surmonté les défis qu'elle évoque, produisant un texte d'une grande force argumentative et d'une cohérence remarquable.

Écrire commentaire

  • Défiler vers le haut

dissertation olympe de gouges

Sujets d'entrainement

Une erreur sur la page une idée à proposer .

Nos manuels sont collaboratifs, n'hésitez pas à nous en faire part.

Oups, une coquille

j'ai une idée !

Nous préparons votre page Nous vous offrons 5 essais

Dissertation Olympe de Gouges: exemple, sujet, introduction

dissertation olympe de gouges

Symbols: 4879

Sa vie a été marquée par plusieurs événements tragiques, comme la mort de son fils et son exécution sous la Révolution française. Malgré cela, elle est restée active tout au long de sa vie, militante jusqu’au bout pour les causes qu’elle défendait.

Si vous avez choisi de rédiger une dissertation sur Olympe de Gouges, vous trouverez ci-dessous un exemple de sujet ainsi que quelques conseils d’introduction.

Dans quelle mesure Olympe de Gouges a-t-elle été une femme en avance sur son temps ?

Olympe de Gouges a été une femme engagée tout au long de sa vie. Elle s’est notamment battue pour l’instauration du suffrage universel, que ce soit masculin ou féminin. Elle a également été la première à défendre les droits des femmes dans une Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne.

Malgré les événements tragiques qui ont jalonné sa vie, Olympe de Gouges a toujours gardé espoir en l’avenir. C’est cet optimisme qui l’a poussée à se battre pour que les femmes puissent un jour accéder aux mêmes droits que les hommes.

Pour rédiger une dissertation sur Olympe de Gouges, il est important de mettre en avant sa vision progressiste des droits des femmes. Elle a en effet été la première à défendre publiquement leur égalité avec les hommes. Il faut également souligner son engagement politique en faveur de la Révolution française. En effet, elle a participé activement à la rédaction de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen.

Enfin, il est intéressant de comparer sa vision des droits des femmes avec celle d’autres philosophes du XVIIIe siècle, comme Voltaire. Ce dernier était en effet beaucoup plus sceptique quant à la possibilité d’accorder les mêmes droits aux femmes que aux hommes. Il faut cependant souligner que, malgré ses idées progressistes, Olympe de Gouges n’a pas été suivie dans son engagement en faveur de l’égalité des sexes. Ce qui est intéressant, c’est que, contrairement à ce que l’on pourrait croire, elle n’a pas été isolée dans son combat. Elle a en effet reçu le soutien de nombreuses femmes de son époque.

Pour conclure, on peut dire que la Dissertation sur les

En effet, ce n’est qu’avec l’arrivée du suffrage universel que les femmes ont pu obtenir le droit de vote et de participer à la vie politique. Il faudra attendre 1944 pour que la situation des femmes soit améliorée avec la loi sur la nationalité, qui permet aux femmes d’obtenir la nationalité française sans passer par le mariage. La loi sur l’égalité salariale entre hommes et femmes ne sera adoptée qu’en 1972. Et ce n’est qu’en 1999 que les femmes ont eu accès à la fonction présidentielle avec l’élection de la première femme à la tête de l’Etat, c’est-à-dire Simone Veil.

Aujourd’hui, les femmes françaises ont donc tous les droits que les hommes ont. Elles peuvent travailler, vote, se marier ou divorcer comme bon leur semble. La parité hommes/femmes est également de plus en plus respectée dans la vie professionnelle. Certes, il y a encore quelques inégalités, mais celles-ci tendent à diminuer avec le temps.

Il faut donc souligner que c’est grâce aux femmes comme Olympe de Gouges que les femmes d’aujourd’hui jouissent d’une parfaite égalité avec les hommes. Cette pionnière des droits des femmes a su se battre pour que les femmes soient considérées comme des êtres humains à part entière et non plus comme des objets ou des sous-êtres. Elle a également lutté pour que les femmes aient le droit de vote et d’accéder à des postes importants.

Malheureusement, cette grande femme a été exécutée en 1793, sous la Terreur, pour avoir osé défendre les principes de liberté et d’égalité. Mais son exemple et son courage ont inspire de nombreuses femmes à se battre pour les mêmes idéaux et à obtenir les mêmes droits que les hommes.

En résumé, on peut dire que Olympe de Gouges est une femme exceptionnelle qui a su se battre pour les droits des femmes et pour l’égalité entre les hommes et les femmes. Sa vie et son exemple nous inspirent encore aujourd’hui et nous rappellent que rien n’est impossible à celui ou celle qui croit en ses idéaux.

  • Enseignement

« Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne » d'Olympe de Gouges

Fiche de révision de cette œuvre majeure des Lumières.

Publié le 09/05/2022 • Modifié le 28/04/2023

Écrit par Elodie Pinel

dissertation olympe de gouges

Il n’y a pas de Lumniz à gagner car tu as déjà consommé cet élément. Ne t'inquiète pas, il y a plein d'autres contenus intéressants à explorer et toujours plus de Lumniz à gagner.

Pionnière du féminisme en France, Olympe de Gouges est la première, à la Révolution, à réclamer des droits identiques pour les hommes et les femmes. En 1791, elle publie La Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne . 

De quoi parle La   Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne  ?

La Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne est composée de 17 articles de lois et est précédée d’un « Préambule ». Elle reprend les articles et le « Préambule » de La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 pour l’appliquer aux femmes. Il s’agit donc d’une réécriture . Olympe de Gouges y ajoute un « Postambule » pour encourager les femmes à se révolter et un « Contrat social de l’homme et de la femme » qui propose un texte de loi, plus précisément un contrat de mariage. Les thèmes abordés par Olympe de Gouges, tout au long de son texte, sont ceux :

  • de la liberté, contre l’asservissement
  • du combat et de la révolte, contre l’inaction
  • de l’égalité et de la justice qui s’opposent à l’inégalité et aux injustices que subissent les femmes malgré les avancées des révolutionnaires

Comment est écrite La Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne  ?

La Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne   d’Olympe de Gouges est un texte juridique constitué d’articles de lois . Il appartient donc au registre juridique qui ne constitue pas un registre littéraire à proprement parler. Sur le plan du style, il faut plutôt s’intéresser aux textes qui précèdent et suivent la Déclaration, comme le « Préambule  » et le «  Postambule  », qui invectivent hommes et femmes et les exhortent à changer et à agir. Ces textes ont recours au registre judiciaire, c’est-à-dire qu’ils accusent, et au registre épidictique, c’est-à-dire qu’ils font le blâme de certaines personnes (les hommes par exemple). Les figures de style qu’utilise le plus Olympe de Gouges est l’ énumération , comme dans l’article 2 « la liberté, la propriété, la sûreté, et surtout la résistance à l’oppression », mais aussi l’ anaphore , comme dans le « Contrat social » où l’on lit « Je voudrais encore une loi... Je voudrais encore que cette loi fût rigoureuse… Je voudrais, en même temps, comme je l’ai exposé… ».

► Ces figures de style permettent d’organiser rationnellement son discours, et d’insister sur certains points. Elles placent son propos du côté de l’oralité d’un texte dit en public.

Quels sont les passages les plus célèbres de La Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne  ?

La citation la plus célèbre de la Déclaration est la phrase que l’historien Jules Michelet a attribué faussement à une autre actrice : « La femme a le droit de monter à l’échafaud ; elle doit avoir également le droit de monter à la tribune ». Par cette phrase, Olympe de Gouges réclame le droit des femmes à avoir du poids en politique . À l’époque, seuls les hommes sont des citoyens et ont le droit de vote ! Ironie du sort, Olympe de Gouges n’aura pas le droit de dire son texte à la tribune, comme elle le réclamait, mais elle sera exécutée : elle montera donc à l’échafaud…

La Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne,  quel héritage ?

Olympe de Gouges est une autrice en avance sur son temps qui n’a pas été comprise à son époque. Elle réclamait pourtant le droit au divorce, l’accès des femmes à la majorité civile (donc leur droit de vote), le droit des femmes à disposer de leurs biens, la défense des femmes qui ont des enfants hors mariage, mais aussi l’abolition de l’esclavage. C’est en 1981 que le travail de l’historien Olivier Blanc la remet en lumière. Pour une autrice des Lumières, il était temps de sortir de l’ombre !

Ce qu’il faut retenir

  • Structure : 17 articles de loi complétés d'un préambule, d'un postambule et d'un Contrat social de l’homme et de la femme.
  • Contexte historique : Révolution française, siècle des Lumières.
  • Principaux thèmes :  la liberté, le combat, la révolte, l'égalité des droits des femmes et la justice.
  • Registres : juridique et épidictique.
  • Figures de style : énumération et anaphore employées majoritairement. L'effet est d’organiser rationnellement le discours, d’insister sur certains points, et de placer le propos du côté de l’oralité d’un texte dit en public.
  • Analyse : œuvre aux résonnances modernes qui remet en lumière Olympe de Gouges. Interrogeant les fondements de notre démocratie, cette pionnière revendique des droits pour les femmes près de deux siècles avant leur reconnaissance par la loi.

►  Découvrez la vidéo de la série  Félix déLIRE consacrée à  La   Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne  d'Olympe de Gouges.

►► Tout pour réviser le  bac français.

Ce contenu est proposé par

France Télévisions

  • Je crée mon compte
  • Je me connecte

dissertation olympe de gouges

Gagne des Lumniz, passe de niveau en niveau et révèle tes talents en remportant des défis !

dissertation olympe de gouges

Rejoins-nous dans la communauté Lumni pour encore plus de fun ! Si tu n’en as pas, crée ton compte : c'est gratuit .

dissertation olympe de gouges

Pimido : Pimp my docs ! Entraide et ressources académiques pour réussir vos études

  • Recherche par auteur ou oeuvre
  • Recherche par idée ou thème
  • Recherche par mot clé
  • Détecteur de plagiat
  • Commande & correction de doc
  • Publier mes documents
  • Nos astuces
  • Vie étudiante
  • Témoignages

Consultez tous nos documents en ligne !

ABONNEZ-VOUS

à partir de 9.95 € sans engagement de durée

Sujets de dissertation sur Olympe de Gouges et ses oeuvres

Olympe de Gouges (1748-1793), de son vrai nom Marie Gouze, écrit la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne en septembre 1791 afin de la présenter à l'Assemblée nationale. Elle souhaite par ce texte dénoncer le rabais systématique des femmes dans la société du XVIIIe.

Olympe de Gouges

Credit Photo : Par Alexandre Kucharski via Wikimedia

Facebook

1.    En vous basant sur la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, explicitez la thèse soutenue par Olympe de Gouges.

Il s'agit de montrer que le combat d' Olympe de Gouges possède deux facettes, la libération civile et la libération politique de la femme. En pointant du doigt les nombreuses injustices subies par les femmes, dans leur nature même, donc d'un point de vue social (manque d'instruction, difficulté du labeur, contrainte du foyer, critique du mariage). Puis en militant pour des droits politiques (propriété, liberté, opinion, représentation), en complétant la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen , elle questionne les principes de notre démocratie, les origines de la citoyenneté.

2.    Comment la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne fait-elle valoir le caractère militant de l'écriture d'Olympe de Gouges ?

Ce sujet invite à contempler l'énergie combative qui se dégage de ses textes. Comme le déclare Michelle Perrot, «  l'écriture fut pour elle surtout instrumentale, un cri protestataire, véhément. Elle avait le talent du manifeste  » [1] . Olympe de Gouges s'implique totalement pour sa cause, à travers la forte présence du « je » dans son texte, l'usage provocant du tutoiement, l'interpellation directe des femmes. Elle utilise une éloquence audacieuse et parfois insolente pour attaquer et mobiliser. Ne se contentant pas d'écrire pour dénoncer, elle propose et se projette au-delà du combat. L'écriture est un véritable mode d'action.

  • Quelle fut la position d'Olympe de Gouges en tant que femme au 18e siècle et jusqu'où s'étendit son combat ?
  • La critique féministe (et son autocritique), commentaire de Olympe de Gouges, Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, p.204-215

3.    Après la lecture de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne d'Olympe de Gouges, pensez-vous que littérature et politique fassent bon ménage, qu'une oeuvre peut être utile pour défendre une thèse ou dénoncer des inégalités ?

L'histoire prouve que littérature et politique sont intiment liées, d'abord car les auteurs ont souvent offert aux gouvernants de les instruire à travers des textes moraux notamment ( Machiavel , La Fontaine , Rabelais ). D'autres ont usé de leur talent comme d'un instrument de combat pour anéantir doctrines et préjugés, servitudes et tyrannies ( Voltaire , Hugo , Zola ). Il en est ainsi d'Olympe de Gouges, qui ira jusqu'à payer de sa vie son engagement et qui restera longtemps ignorée. Au regard de son destin et face à la violence de la nature humaine, la littérature semble un bien piètre allié. Mais comment juger la puissance de la littérature ? Au nombre de cris étouffés à qui elle permet d'éclore ? L'impact instantané d'un texte peut être minime, certes, mais il faut le replacer dans le tempo intrinsèque aux écrits qu'est le temps long. C'est un travail de l'ombre, tout en douceur, qui transforme nos représentations, à l'image d'Olympe qui inspirera bon nombre de féministes au XX e siècle. Dès lors, la littérature peut être perçue comme un bouclier, un contre-pouvoir en politique.

  • Lectures cursives - Jean De La Fontaine, Olympe de Gouges, Victor Hugo, Franck Pavloff

4.    En quoi l'oeuvre d'Olympe de Gouges est-elle caractéristique du siècle des Lumières ?

Il s'agit de montrer comment l'oeuvre d'Olympe de Gouges est guidée par la raison et par la science en vue d'une société plus juste. Croyant fermement au progrès humain, elle ne se contente pas de prêcher l'égalité des sexes, mais elle se bat également pour l'abolition de l'esclavage et la reconnaissance des plus démunis. Elle s'inscrit également dans la pensée des Lumières par son républicanisme (elle refuse le despotisme, tout en rejetant l'assassinat du roi), mais surtout par son universalité (liberté et égalité pour tout être).

  • En quoi l'engagement d'Olympe de Gouges pourrait-il être qualifié d'humaniste ?

5.    « Elle voulut être homme d'État et il semble que la loi ait puni cette conspiratrice d'avoir oublié les vertus qui conviennent à son sexe ». Au regard de cette citation, affirmée par un journaliste après l'exécution d'Olympe de Gouges, quelle est la place de cette dernière dans la Révolution ?

Bien que Révolutionnaire convaincue (elle est proche des Girondins), Olympe de Gouges fait preuve d'une grande indépendance d'esprit. Elle ne se contente pas de dénoncer la précarité des femmes vis-à-vis des hommes, mais aussi leur oubli dans les projets révolutionnaires. Si les premiers temps révolutionnaires ont vu la participation féminine à la vie politique s'accroître, cette dynamique est stoppée nette en 1795 par une exclusion définitive des affaires politiques. Olympe voit ainsi sa proposition de seconder Malesherbes, qui était en charge de la défense du Roi lors de son procès, lui être refusée. Enfin, si la Déclaration vient compléter l'originale, ce n'est pas cet écrit qui la conduira à la guillotine. Il s'agit plutôt d'un manifeste intitulé Les trois urnes (1793), dans lequel elle rapporte les horreurs de la Terreur et s'attaque à Robespierre et Marat. Ses divergences de vues lui coûteront la vie.

6.    Après la lecture de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne d'Olympe de Gouges, selon vous, de quelles ressources dispose la littérature pour mener un combat contre les inégalités ?

Le combat en littérature s'apparente d'abord à la dénonciation, en nommant des responsables, en pointant du doigt les injustices, puis en exposant les rouages de l'asservissement et de l'exclusion. Ensuite, la littérature justifie ce combat par l'idéal qui le sous-tend, ici, l'égalité des sexes. Elle favorise, par l'argumentation indirecte, l'identification aux victimes ; elle permet d'exposer le profit de l'affranchissement des citoyennes pour la communauté. Enfin, elle cristallise la lutte dans la parole : en apostrophant vivement, en se basant sur une emphase belliqueuse, en envisageant l'après-combat.

7.    La littérature a-t-elle le pouvoir de transformer nos regards ?

Il s'agit de montrer que, bien que tous ne possèdent pas une dimension universelle, les écrits littéraires ont le pouvoir de densifier l'existence, de rendre plus vivant et de bousculer nos représentations. Chaque livre contient en soi un message et invite à une prise de conscience. En optant pour une vision critique de la société, les écrivains, qui sont réellement enracinés dans leur époque, favorisent un recul nécessaire à l'indépendance d'esprit. Chez Olympe (qui s'est formée en autodidacte grâce aux livres), cela se perçoit dans son rejet d'un remariage afin de se consacrer à la littérature et de préserver sa liberté d'écriture. Finalement, la littérature précède et inspire l'action.

8.    Comment Olympe de Gouges s'émancipe-t-elle de sa condition féminine ?

Il convient de bien connaître la vie de l'auteur pour répondre à cette question. Olympe est originaire de Montauban et comme pour beaucoup de compatriotes d'alors, l'occitan est la langue habituelle, au détriment du français. Qu'à cela ne tienne, elle décide de l'apprendre et prend goût à s'instruire en autodidacte ! Mariée très jeune à un homme de trente ans son aîné, elle s'enfuit pour Paris dès que ce dernier meurt, avec son fils. Elle mène alors une vie de courtisane, de femme galante, ce qui était encore associé à de la prostitution de luxe. Jugeant son éducation insuffisante, elle multiplie les rencontres avec les artistes, politiques, philosophes, et prend part à de nombreux Salons (Cercle social, où ses prétentions intellectuelles font parfois esclandre. Elle s'arroge ensuite le droit de pénétrer dans deux univers exclusivement masculins que sont la politique et la littérature, au point qu'elle sera la première femme à passer sous la guillotine en raison de ses publications politiques. Finalement, Olympe de Gouges fait en sorte de se libérer elle-même de tout carcan, avant de pouvoir aider les autres femmes à changer leurs conceptions et se défaire des clichés qui les emprisonnent.

9.    À la lueur de vos cours et de vos lectures personnelles, décrivez la postérité d'Olympe de Gouges, quel héritage laisse-t-elle au monde ?

Il s'agit de montrer la grande modernité d'Olympe de Gouges, comme précurseur en termes de féminisme. Si ses écrits demeurent dans l'ombre un certain temps (près de 200 ans), ils sont remis au goût du jour après la Seconde Guerre mondiale , particulièrement en Allemagne et aux États-Unis. En France, ses ouvrages sont republiés pour la première fois en 1986, par Benoîte Groult. Mais son sacre définitif a lieu pour le bicentenaire de la Révolution, lorsqu'elle est proposée pour entrer au Panthéon.

10. « Ô femmes ! Femmes, quand cesserez-vous d'être aveugles ? », dans quelle mesure cette citation tirée du Postambule est-elle caractéristique de l'oeuvre d'Olympe de Gouges ?

Il convient de montrer qu'Olympe cherche avant tout à faire changer les femmes elles-mêmes, en se faisant leur porte-voix (la Déclaration était adressée à la reine Marie-Antoinette ) et afin de créer une réelle communauté de combattante, une sororité. Elle commence donc par les apostropher avec audace et par dépeindre avec sévérité le caractère manipulateur, rusé et dangereux des femmes de son époque.

  • Déclaration des droits de la femme et de la Citoyenne, "postambule" - Olympe de Gouges (1791) - En quoi cet extrait est-il un appel à l'émancipation du sexe féminin ?

[1] Michelle Perrot, Des femmes rebelles , Elyzad, 2014, 224p.

Besoin d'un tuteur ? Nous pouvons vous aider !

Documents conseillés, articles liés.

La lettre de motivation pour un stage

La lettre de motivation pour un stage

Les Poèmes de Rimbaud

Les Poèmes de Rimbaud : Le dormeur du val, Le bateau ivre...

Sujets de mémoire : les lobbies au Parlement européen

Sujets de mémoire : les lobbies au Parlement européen

Articles récents

Les JO, la politique et le boycott : sujets de mémoire

Les JO, la politique et le boycott : sujets de mémoire

La lettre de motivation pour un stage

BnF - logo

Formulaire de recherche

Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne olympe de gouges, déclaration des droits de la femme et de la citoyenne , 1791.

dissertation olympe de gouges

Femme de lettres et femme politique, Olympe de Gouges est considérée comme une pionnière du féminisme. Très investie dans la révolution française, elle rédige en 1791 une Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne , qu'elle adresse à la reine Marie-Antoinette, en écho à celle de 1789. Elle lutte pour l'émancipation de la femme, pour la reconnaissance de sa place sociale et politique. Elle milite également pour l'abolition de l'esclavage. Proche de Condorcet, elle rejoint les Girondins en 1792. Condamnée par le Tribunal révolutionnaire, elle est guillotinée le 3 novembre 1793.  

À décréter par l'Assemblée nationale dans ses dernières séances ou dans celle de la prochaine législature.   Préambule Les mères, les filles, les sœurs, représentantes de la nation, demandent d'être constituées en Assemblée nationale. Considérant que l'ignorance, l'oubli ou le mépris des droits de la femme, sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des gouvernements, ont résolu d'exposer dans une déclaration solennelle, les droits naturels inaliénables et sacrés de la femme, afin que cette déclaration, constamment présente à tous les membres du corps social, leur rappelle sans cesse leurs droits et leurs devoirs, afin que les actes du pouvoir des femmes, et ceux du pouvoir des hommes, pouvant être à chaque instant comparés avec le but de toute institution politique, en soient plus respectés, afin que les réclamations des citoyennes, fondées désormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de la Constitution, des bonnes mœurs, et au bonheur de tous. En conséquence, le sexe supérieur, en beauté comme en courage, dans les souffrances maternelles, reconnaît et déclare, en présence et sous les auspices de l'Être suprême, les Droits suivants de la Femme et de la Citoyenne.

   Article premier. La Femme naît libre et demeure égale à l'homme en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l'utilité commune.   Article 2. Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de la Femme et de l'Homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et surtout la résistance à l'oppression.
   Article 3. 
Le principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la Nation, qui n'est que la réunion de la Femme et de l'Homme : nul corps, nul individu, ne peut exercer d'autorité qui n'en émane expressément.   Article 4. 
La liberté et la justice consistent à rendre tout ce qui appartient à autrui ; ainsi l'exercice des droits naturels de la femme n'a de bornes que la tyrannie perpétuelle que l'homme lui oppose ; ces bornes doivent être réformées par les lois de la nature et de la raison.   Article 5. 
Les lois de la nature et de la raison défendent toutes actions nuisibles à la société ; tout ce qui n'est pas défendu pas ces lois, sages et divines, ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu'elles n'ordonnent pas.   Article 6. 
La loi doit être l'expression de la volonté générale ; toutes les Citoyennes et Citoyens doivent concourir personnellement ou par leurs représentants, à sa formation ; elle doit être la même pour tous : toutes les Citoyennes et tous les Citoyens, étant égaux à ses yeux, doivent être également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leurs capacités, et sans autres distinctions que celles de leurs vertus et de leurs talents.

   Article 7. 
Nulle femme n'est exceptée ; elle est accusée, arrêtée, et détenue dans les cas déterminés par la loi : les femmes obéissent comme les hommes à cette loi rigoureuse.   Article 8. 
La Loi ne doit établir que des peines strictement et évidemment nécessaires, et nul ne peut être puni qu'en vertu d'une Loi établie et promulguée antérieurement au délit et légalement appliquée aux femmes.   Article 9. 
Toute femme étant déclarée coupable ; toute rigueur est exercée par la Loi.   Article 10. 
Nul ne doit être inquiété pour ses opinions mêmes fondamentales, la femme a le droit de monter sur l'échafaud ; elle doit avoir également celui de monter à la Tribune ; pourvu que ses manifestations ne troublent pas l'ordre public établi par la loi.

   Article 11. 
La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de la femme, puisque cette liberté assure la légitimité des pères envers les enfants. Toute Citoyenne peut donc dire librement, je suis mère d'un enfant qui vous appartient, sans qu'un préjugé barbare la force à dissimuler la vérité ; sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi.   Article 12. 
La garantie des droits de la femme et de la Citoyenne nécessite une utilité majeure ; cette garantie doit être instituée pour l'avantage de tous, et non pour l'utilité particulière de celles à qui elle est confiée.   Article 13. 
Pour l'entretien de la force publique, et pour les dépenses d'administration, les contributions de la femme et de l'homme sont égales ; elle a part à toutes les corvées, à toutes les tâches pénibles ; elle doit donc avoir de même part à la distribution des places, des emplois, des charges, des dignités et de l'industrie.   Article 14. 
Les Citoyennes et Citoyens ont le droit de constater par eux-mêmes ou par leurs représentants, la nécessité de la contribution publique. Les Citoyennes ne peuvent y adhérer que par l'admission d'un partage égal, non seulement dans la fortune, mais encore dans l'administration publique, et de déterminer la quotité, l'assiette, le recouvrement et la durée de l'impôt.   Article 15. 
La masse des femmes, coalisée pour la contribution à celle des hommes, a le droit de demander compte, à tout agent public, de son administration.   Article 16. 
Toute société, dans laquelle la garantie des droits n'est pas assurée, ni la séparation des pouvoirs déterminée, n'a point de constitution; la constitution est nulle, si la majorité des individus qui composent la Nation, n'a pas coopéré à sa rédaction.   Article 17. 
Les propriétés sont à tous les sexes réunis ou séparés : elles ont pour chacun un droit lorsque la nécessité publique, légalement constatée, l'exige évidemment, et sous la condition d'une juste et préalable indemnité.   Postambule Femme, réveille-toi ; le tocsin de la raison se fait entendre dans tout l'univers ; reconnais tes droits. Le puissant empire de la nature n'est plus environné de préjugés, de fanatisme, de superstition et de mensonges. Le flambeau de la vérité a dissipé tous les nuages de la sottise et de l'usurpation. L'homme esclave a multiplié ses forces, a eu besoin de recourir aux tiennes pour briser ses fers. Devenu libre, il est devenu injuste envers sa compagne. Ô femmes ! Femmes, quand cesserez-vous d'être aveugles ? Quels sont les avantages que vous recueillis dans la révolution ? Un mépris plus marqué, un dédain plus signalé. Dans les siècles de corruption vous n'avez régné que sur la faiblesse des hommes. Votre empire est détruit ; que vous reste t-il donc ? La conviction des injustices de l'homme. La réclamation de votre patrimoine, fondée sur les sages décrets de la nature ; qu'auriez-vous à redouter pour une si belle entreprise ? Le bon mot du Législateur des noces de Cana ? Craignez-vous que nos Législateurs français, correcteurs de cette morale, longtemps accrochée aux branches de la politique, mais qui n'est plus de saison, ne vous répètent : femmes, qu'y a-t-il de commun entre vous et nous ? Tout, auriez-vous à répondre. S'ils s'obstinent, dans leur faiblesse, à mettre cette inconséquence en contradiction avec leurs principes ; opposez courageusement la force de la raison aux vaines prétentions de supériorité ; réunissez-vous sous les étendards de la philosophie ; déployez toute l'énergie de votre caractère, et vous verrez bientôt ces orgueilleux, non serviles adorateurs rampants à vos pieds, mais fiers de partager avec vous les trésors de l'Être Suprême. Quelles que soient les barrières que l'on vous oppose, il est en votre pouvoir de les affranchir ; vous n'avez qu'à le vouloir. Passons maintenant à l'effroyable tableau de ce que vous avez été dans la société ; et puisqu'il est question, en ce moment, d'une éducation nationale, voyons si nos sages Législateurs penseront sainement sur l'éducation des femmes. Les femmes ont fait plus de mal que de bien. La contrainte et la dissimulation ont été leur partage. Ce que la force leur avait ravi, la ruse leur a rendu ; elles ont eu recours à toutes les ressources de leurs charmes, et le plus irréprochable ne leur résistait pas. Le poison, le fer, tout leur était soumis ; elles commandaient au crime comme à la vertu. Le gouvernement français, surtout, a dépendu, pendant des siècles, de l'administration nocturne des femmes ; le cabinet n'avait point de secret pour leur indiscrétion ; ambassade, commandement, ministère, présidence, pontificat, cardinalat; enfin tout ce qui caractérise la sottise des hommes, profane et sacré, tout a été soumis à la cupidité et à l'ambition de ce sexe autrefois méprisable et respecté, et depuis la révolution, respectable et méprisé.  

> Olympe de Gouges, Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne , 1791 > Texte intégral.

XiTi

La déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, Olympe de Gouges, préambule : analyse

Tu passes le bac de français ? CLIQUE ICI et deviens membre de commentairecompose.fr ! Tu accèderas gratuitement à tout le contenu du site et à mes meilleures astuces en vidéo.

dissertation olympe de gouges

Voici une lecture linéaire pour l’oral de français du préambule de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne (1791) d’Olympe de Gouges.

Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, Préambule, Introduction

Olympe de Gouges (1748-1793) est une femme de lettres qui s’inscrit dans le mouvement des Lumières par ses œuvres progressistes qui militent pour l’égalité. L’heureux naufrage (1784), pièce à succès et à scandale, dénonce par exemple la violence de l’esclavage qui enrichit l’aristocratie.

Elle participe pleinement à la Révolution française en promouvant notamment l’ égalité entre les hommes et les femmes .

Son féminisme combattif fait d’Olympe de Gouges une figure singulière et marquante de la Révolution française.

La militante meurt guillotinée en 1793 pour avoir dénoncé les massacres menés au nom de la Révolution. Ce texte constitue le préambule (=introduction) à sa Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne (1791), son texte le plus connu.

Cette Déclaration d’Olympe de Gouges réécrit la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen de 1789 pour énoncer les principes de l’égalité entre les sexes . (Voir la fiche de lecture pour le bac de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne d’Olympe de Gouges )

Dans ce texte introductif, Olympe de Gouges expose les buts de sa démarche.

Extrait étudié

Préambule Les mères, les filles, les sœurs, représentantes de la nation, demandent d’être constituées en Assemblée nationale. Considérant que l’ignorance, l’oubli ou le mépris des droits de la femme, sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des gouvernements, ont résolu d’exposer dans une déclaration solennelle, les droits naturels inaliénables et sacrés de la femme, afin que cette déclaration, constamment présente à tous les membres du corps social, leur rappelle sans cesse leurs droits et leurs devoirs, afin que les actes du pouvoir des femmes, et ceux du pouvoir des hommes, pouvant être à chaque instant comparés avec le but de toute institution politique, en soient plus respectés, afin que les réclamations des citoyennes, fondées désormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de la Constitution, des bonnes mœurs, et au bonheur de tous. En conséquence, le sexe supérieur, en beauté comme en courage, dans les souffrances maternelles, reconnaît et déclare, en présence et sous les auspices de l’Être suprême, les Droits suivants de la Femme et de la Citoyenne.

Problématique

En quoi ce préambule justifie-t-il l’importance d’une constitution affirmant l’égalité entre les hommes et les femmes ?

Annonce du plan linéaire

Dans la première phrase du préambule, Olympe de Gouges appelle les femmes à se constituer en Assemblée nationale .

Puis, dans une deuxième partie, de «  Considérant que l’ignorance  » à «  et au bonheur de tous « , elle explique pourquoi une constitution égalitaire entre les sexes est vertueuse .

Enfin, dans le dernier paragraphe du préambule, l’auteure introduit les articles de droits auxquels elle aspire.

I – Olympe de Gouges appelle à la constitution d’une Assemblée nationale des femmes

(première phrase).

Le préambule s’ouvre sur une énumération ternaire (=liste de trois choses) qui produit un effet rhétorique , dans la lignée des textes rhétoriques révolutionnaires : « Les mères, les filles, les sœurs ».

L’autrice désigne ainsi toutes les femmes par périphrase (=désigner les choses indirectement).

Ces périphrases insistent sur la solidarité de ces femmes. Elles sont en effet d’emblée présentées comme formant une seule et même famille , une large entité source de vie et de protection.

Ces périphrases soulignent également la puissance des liens qui unissent les femmes aux hommes (mères, filles, sœurs). Les femmes, de par leur importance, sont les «  représentantes de la nation  ».

L’apposition « représentantes de la Nation » permet à Olympe de Gouges de glisser du biologique (la famille : mère, filles, soeurs) au politique (la nation).

Elle rappelle ainsi que les femmes, par leur importance dans la société, peuvent, autant que les hommes, représenter la nation.

La notion de Nation est complexe et s’affirme à la Révolution française. La nation désigne une collectivité d’individus s’accordant à coexister sous les mêmes lois et les mêmes principes .

La nation constitue donc une organisation politique qui s’oppose à la monarchie de droit divin, selon laquelle le pouvoir politique est organisée par un roi choisi par Dieu. Or puisque les femmes sont «  représentantes de la nation  », elle «  demandent d’être constituées en Assemblée nationale  ».

L’emploi du présent de l’indicatif («  demandent « ) indique la volonté de voir ce qui est écrit mis en œuvre dans la société. Olympe de Gouges n’écrit pas pour l’avenir, mais pour le présent , dans l’ urgence même.

L’«  Assemblée nationale  » rassemble les individus élus pour représenter et défendre les intérêts de la nation.

Olympe de Gouges reprend ainsi les pratiques révolutionnaires  : le 20 juin 1789, eut lieu le serment du Jeu de Paume. Des représentants du peuple se sont constitués en Assemblée nationale pour défendre les intérêts du peuple. Mais lors du serment du Jeu de Paume, les députés étaient tous des hommes.

En demandant à ce que les femmes se constituent en Assemblée nationale, Olympe de Gouges aspire à une Révolution dans la Révolution , afin que les femmes soient libérés autant que les hommes de la tyrannie.

Olympe de Gouges justifie son projet par la suite.

II – Olympe de Gouges explique pourquoi une constitution égalitaire entre les sexes est vertueuse

(suite du premier paragraphe).

Olympe de Gouges considère «  que l’ignorance, l’oubli ou le mépris des droits de la femme sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des gouvernements  ».

La gradation «  l’ignorance, l’oubli ou le mépris  » juge sévèrement la société qui maintient volontairement («  le mépris « ) la femme dans un état de dépendance.

Il en résulte «  des malheurs publics  » et «  de la corruption des gouvernements « .

D ’après l’autrice, ces désordres sociaux proviennent du mépris que subissent les femmes. Son diagnostic considère la misogynie comme la maladie qui affecte tout le corps social.

Après ce sévère diagnostic, Olympe de Gouges expose la solution : faire une Constitution qui égalise la condition des sexes . Ainsi, les femmes « ont résolu d’exposer dans une déclaration solennelle, les droits naturels, inaliénables et sacrées de la femme ».

Cette énumération ternaire d’adjectifs («  droits naturels, inaliénables et sacrées « ) est importante. En évoquant les « droits naturels » de la femme, Olympe de Gouges considère que la Constitution doit restaurer les droits établis par la nature , mais qui ont été bafoués par les hommes.

Le rythme ternaire confère à ces droits une certaine sacralité . La locution conjonctive «  afin que  », comme le participe présent «  Considérant que  », témoigne de la dimension argumentative et juridique de ce préambule. Olympe de Gouges souhaite que «  cette déclaration constamment présente à tous les membres du corps social, leur rappelle sans cesse leurs droits et leurs devoirs.  » L’adverbe temporel «  constamment  » repris par son synonyme «  sans cesse  » insiste sur le fait que l’égalité entre hommes et femmes est un principe qui nécessite un effort de tous les instants. Ce principe doit devenir un des fondements de la nouvelle société. L’ensemble du «  corps social  » est concerné. Cette métaphore médicale souligne que les français, en cessant d’être les sujets d’un roi dont ils contestent l’autorité, deviennent les membres d’une même nation. Or pour que ce nouvel état de fait fonctionne, chacun doit connaître et respecter ses droits et ses devoirs. Ce préambule a donc une fonction pédagogique : introduire et justifier les articles suivants. La répétition de la locution conjonctive «  afin que  » montre combien Olympe de Gouges cherche à être méthodique et exhaustive .

La deuxième phrase du préambule est longue, très structurée. Cette phrase complexe est une période oratoire , qui suscite une vive impression sur l’auditoire par son ampleur. Olympe de Gouges confère ainsi une force de conviction à son préambule.

Le parallélisme « pouvoir des femmes » et « pouvoir des hommes » inscrit l’ égalité femmes-homme dans le texte.

Olympe de Gouges appelle à une stricte égalisation des droits femmes-hommes « pouvant être à chaque instant comparés ». Une fois encore, le complément circonstanciel de temps «  à chaque instant  » crée un sentiment d’ urgence et de nécessité . Le but poursuivi par Olympe de Gouges est également « que les réclamations des citoyennes, fondées désormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de la Constitution ».

La majuscule à « constitution » sacralise le texte juridique. Olympe de Gouges est une révolutionnaire intègre qui reprend les principes clés de la révolution  : ce n’est plus le roi qui est sacré, mais la nation, dont les idéaux sont inscrits dans la constitution.

Les adjectifs «  simples et incontestables  » promeuvent la clarté de la constitution, dont ce préambule est l’image : synthétique et général. Mais la force de la constitution ne se limite pas à rendre possible la vie en communauté.

En effet, elle vise «  au maintien […] des bonnes mœurs, et au bonheur de tous.  » Cette hyperbole lyrique témoigne de l’enthousiasme d’Olympe de Gouges : sa constitution ouvrirait à un bonheur généralisé.

À l’époque, les femmes étaient vues comme fragiles et susceptibles de facilement sombrer dans l’ immoralité . Olympe de Gouges anticipe sans doute de possibles objections en associant au contraire, dès le préambule, l’égalité hommes-femmes à la moralité («  les bonnes moeurs  » ).

III – Olympe de Gouges introduit les articles de droits auxquels elle aspire

(deuxième paragraphe).

Le second paragraphe s’ouvre sur le connecteur logique «  En conséquence  », ce qui maintient l’ effort rhétorique de structuration . Olympe de Gouges use d’une périphrase pour faire l’ éloge des femmes  : « le sexe supérieur en beauté comme en courage dans les souffrances maternelles ». Elle affirme la supériorité des femmes sur les hommes, ce qui renverse avec audace la hiérarchie alors admise.

Cette périphrase peut également surprendre dans un texte qui vise l’égalité hommes-femmes car Olympe de Gouges s’appuie sur l’image traditionnelle de la femme , gracieuse et maternelle, comme si elle ne parvenait pas totalement à s’extraire des clichés qui entourent la féminité.

En évoquant l’ accouchement , elle rappelle que ce sont les femmes qui donnent naissance aux citoyens, ce qui constitue une boucle avec l’ouverture du préambule (« Les mères »). Olympe de Gouges fait parler l’ensemble des femmes  : « le sexe supérieur […] reconnaît et déclare ».

Le singulier («  le sexe supérieur  » ) souligne qu’elle aspire à défendre toutes les femmes, considérées comme une même entité .

Olympe de Gouges cherche à conclure son préambule de manière frappante en parlant « en présence et sous les auspices de l’Être suprême ». Elle en appelle donc à une autorité supérieure , sacralisée, rationnelle et juste, soucieuse de l’égalité entre la femme et l’homme. Mais surtout, elle annonce «  Les Droits suivants de la femme et de la citoyenne « . Son projet est donc une réécriture de la Déclaration des Droits de l’homme et de Citoyen de 1789 qu’elle juge inachevée et imparfaite.

Préambule de la déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, conclusion

Ce préambule a une fonction pédagogique  : faire comprendre le projet égalitariste de l’auteur avant de le détailler. Il s’agit donc de convaincre du bien-fondé de ce projet.

Pour ce faire, Olympe de Gouges s’inscrit explicitement dans la lignée de l’égalitarisme de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen , qu’elle pastiche (=imiter, souvent pour critiquer).

Elle souligne en effet l’imperfection de de la DDHC de 1789 qui n’a pas tenu ses promesses d’égalité à l’égard des femmes. Une nouvelle Déclaration est donc nécessaire pour lutter contre la corruption de la société. Ce préambule peut se lire en miroir du postambule , plus polémique , qui vise à insuffler aux femmes l’énergie et la volonté de se battre pour leurs intérêts.

Tu étudies La Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne ? Regarde aussi :

  • Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, articles 1 à 6
  • Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, articles 7 à 11
  • Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, articles 12 à 17
  • Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, postambule
  • Sur l’admission des femmes au droit de cité, Condorcet (analyse linéaire)
  • Cinq mémoires sur l’instruction publique, Condorcet (analyse linéaire)
  • Condition de la femme en France, Etienne de Neufville (analyse linéaire)
  • La femme gelée, Annie Ernaux (analyse linéaire)
  • Les femmes savantes, Molière, acte II scène 7 (analyse linéaire)
  • I have a dream, Martin Luther King (analyse intéressante dans le cadre du parcours « écrire et combattre pour l’égalité »)
  • La tresse, Colombani : résumé et analyse

Print Friendly, PDF & Email

Les 3 vidéos préférées des élèves :

  • La technique INCONTOURNABLE pour faire décoller tes notes en commentaire [vidéo]
  • Quel sujet choisir au bac de français ? [vidéo]
  • Comment trouver un plan de dissertation ? [vidéo]

Tu entres en Première ?

Commande ton livre 2024 en cliquant ici ⇓.

dissertation olympe de gouges

Qui suis-je ?

' src=

Amélie Vioux

Je suis professeur particulier spécialisée dans la préparation du bac de français (2nde et 1re).

Sur mon site, tu trouveras des analyses, cours et conseils simples, directs, et facilement applicables pour augmenter tes notes en 2-3 semaines.

Je crée des formations en ligne sur commentairecompose.fr depuis 12 ans.

Tu peux également retrouver mes conseils dans mon livre Réussis ton bac de français 2024 aux éditions Hachette.

J'ai également publié une version de ce livre pour les séries technologiques ici.

3 commentaires

Bonjour, il me semble impossible de commenter de manière pertinente cet extrait sans le comparer à celui dont il est la réécriture.

Je suis d’accord, je trouve qu’un parallèle avec les DDHC de 1789 est assez important.

Merci infiniment de votre aide. ma prof de français ne m’avait donné qu’un grand bloc à étudier qui ne faisait pas de grand sens et qui se répétait maintes fois.

Laisse un commentaire ! X

Merci de laisser un commentaire ! Pour des raisons pédagogiques et pour m'aider à mieux comprendre ton message, il est important de soigner la rédaction de ton commentaire. Vérifie notamment l'orthographe, la syntaxe, les accents, la ponctuation, les majuscules ! Les commentaires qui ne sont pas soignés ne sont pas publiés.

Site internet

Dissertation : Olympe de Gouges, le combat et la mort d'une féministe avant l'heure

Olympe de Gouge : les femmes trahies par la Révolution 

Prônant le féminisme près de 200 ans avant qu'il ne devienne un mouvement dominant en Occident, Olympe de Gouge peut nous sembler en avance sur son temps. Pourtant, elle ne l'était pas du tout. Son idée de l'égalité des hommes et des femmes peut être considérée comme un produit des Lumières dans la mesure où elle se conforme aux normes dictées par la raison. Cependant, les préjugés séculaires à l'encontre des femmes étaient si profondément ancrés dans l'esprit de ses contemporains que même les forces progressistes de la Renaissance et des Lumières ne pouvaient rien faire pour le dissiper.

Le peuple de France a cherché la révolution, mais ne voyait pas que toutes les révolutions sociales et politiques étaient vouées à l'échec tant qu'une moitié de l'humanité  est estropiée, soumise et asservie sous le joug des préjugés et de la discrimination. En abandonnant la cause de la libération des femmes, alors même qu'elle clamait sous la bannière de la liberté et de l'égalité, la Révolution française n'a pas seulement trahi Olympe de Gouge et d'autres militantes de l'époque, mais elle s'est trahie elle-même.

L'objectif principal de la Révolution française était de rétablir la forme de gouvernement démocratique, développée à l'origine par le peuple d'Athènes et pleinement fonctionnelle vers le Ve siècle avant J.-C. Fondée sur le principe de l'égalité de tous les hommes, la démocratie était un concept totalement révolutionnaire à cette époque de l'histoire de l'humanité. Elle a fait passer la base du gouvernement du privilège à la raison et a marqué une étape décisive dans l'évolution humaine. Pourtant, l'approche athénienne de la vie était assombrie par deux atrocités fondamentales qui ont corrompu et miné son système démocratique : l'avilissement généralisé des femmes et la pratique de l'esclavage.  Aussi difficile que cela puisse être pour nous, la société athénienne soi-disant éclairée, qui a été considérée comme le modèle à suivre de la civilisation occidentale à travers les siècles, avait de nombreux aspects bizarres. Le plus critique de ces défauts dans le cadre de la société athénienne était la suppression délibérée et systématique des  femmes.

La révolution française, aussi imparfaite et déformée qu'elle ait été, a annoncé le début de l'ère moderne de l'histoire humaine, à bien des égards. Pourtant, une fois encore, il n'y a pas eu d'efforts significatifs pour améliorer la condition des femmes et de les traiter comme les égales des hommes.  Quelques femmes, dont Olympe de Gouges, très en vue, ont élevé la voix pour défendre les droits des femmes, mais elles ont été violemment réprimées. La révolution française a échoué à bien des égards, mais son incapacité à reconnaître l'égalité des femmes et des hommes a été l'un de ses échecs les plus cruciaux. Il était si difficile de démolir les barrières qui restreignaient les femmes dans tous les aspects de leur vie, car ces barrières étaient fondées non seulement sur des raisons psychologiques, mais aussi sur une réflexion philosophique. 

Dans la Grèce antique, Aristote a donné une expression philosophique systématique des préjugés contre les femmes. Il assimilait les femmes à la "matière" dépourvue de "forme", c'est-à-dire dépourvue d'esprit. À l'époque médiévale, Aristote est devenu l'autorité philosophique suprême, et nombre de ses notions ont été assimilées à la vision du monde du peuple et à la doctrine officielle de l'Église. Saint Thomas d'Aquin a écrit : "Or, il est évident que, selon l'opinion des philosophes, le principe actif de la génération vient du père, tandis que la mère fournit la matière" (Aquin). Cependant, la Renaissance est arrivée, et une nouvelle race d'hommes pensants a commencé à se rebeller contre le dogme de l'Église et l'ignorance de l'âge des ténèbres.

Une grande partie de cette nouvelle pensée était également dirigée contre les traditions philosophiques aristotéliciennes. Il y a eu une grande révolution scientifique aux 16e et 17e siècles, mais il n'y a malheureusement pas eu de révolution sociale pour la compléter, jusqu'à l'arrivée des révolutions américaine et française, qui n'étaient d'ailleurs pas de si grandes révolutions. Par exemple, l'esclavage a continué à se développer et à prospérer aux États-Unis, même en dépit de la déclaration explicite de la Constitution américaine selon laquelle "Tous les hommes naissent égaux".

De même, la révolution française était basée sur la prémisse inspirante que "l'homme est né libre". Cependant, cette prémisse n'impliquait pas que la femme naisse libre, comme on pourrait s'y attendre. Au contraire, elle négligeait complètement la question des femmes. La Révolution française aurait pu être utilisée comme une excellente plate-forme pour lancer la libération des femmes tant attendue, mais aucun grand "philosophe" ne s'en est soucié. La libération des femmes aurait pu être utilisée pour faire avancer la Révolution française avec une force énorme et dans la bonne direction, mais personne n'a réalisé l'immense pouvoir que les femmes représentaient.

Olympe de Gouge : vie, combat et mort d'une féministe engagée 

Il y avait une poignée de femmes, comme Charlotte Corday, Madame Roland, Madame Grafigny et Olympe de Gouge, qui ont fait de grands efforts pour mettre les femmes sur un pied d'égalité avec les hommes. Mais ces héroïnes de la Révolution française ont toutes fini par être martyrisées pour leur cause. Les militantes étaient méprisées, la libération de la femme était considérée comme une abomination. C'est la situation que déplore Olympe de Gouges dans la phrase citée au début de cet essai. Dans sa  Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne (1791), elle remet en cause les notions d'inégalité entre hommes et femmes et les coutumes de la domination masculine.

Née dans une famille de la petite bourgeoisie en 1748, Olympe de Gouge s'est mariée en 1765 et est devenue veuve peu après. Elle se retrouve avec un fils avec lequel elle s'installe à Paris. Aspirant à devenir un écrivain, elle écrit des essais et des pièces de théâtre à caractère social. Elle a également écrit sur de nombreuses questions liées au genre, plaidant pour plus de liberté pour les femmes. Elle a parlé de choses telles que le droit des femmes au divorce et le droit d'avoir des relations sexuelles en dehors du mariage. Elle-même a refusé de se remarier, a rejeté la demande en mariage de son amant, un haut fonctionnaire d'une organisation militaire, et a choisi de rester sa maîtresse jusqu'au début de la révolution.

Sa liaison avec Jacques Bietrix de Rozieres lui procure l'indépendance financière nécessaire pour s'engager dans l'écriture et d'autres activités intellectuelles. Elle était très attachée à l'écriture de pièces de théâtre, et la pièce qui l'a rendue célèbre est une pièce anti-esclavagiste intitulée L'Esclavage des Negres, qui a été publiée à l'origine sous le titre de Zamore et Mirza en 1785. Ses autres écrits connexes, tels que Reflexions sur les hommes noirs (1788) et Le Marché des Noirs (1790), font d'elle une militante antiesclavagiste reconnue.

En 1788, juste avant la Révolution, elle publie quelques brochures politiques qui font l'objet d'une large discussion. Elle se prononce pour la transition de la monarchie française vers une monarchie constitutionnelle. Elle était un membre éminent des Girondins et de la Société d'Auteuil. Dans la quasi-totalité de ses écrits, elle exigeait que les femmes soient associées aux débats politiques et sociaux. Elle était profondément convaincue que les femmes sont capables d'assumer toutes les tâches qui sont traditionnellement réservées aux hommes. Olympe de Gouge a défendu avec passion les droits des femmes.

A travers les écrits de Montesquieu et de Rousseau, le concept d'égalité est devenu la priorité absolue de l'agenda politique. Cette nouvelle conception de l'égalité s'est concrétisée dans la déclaration des droits de l'homme et du citoyen, rédigée en août 1789 et intégrée à la Constitution française en septembre 1791 (Gerhard 2001). Mais ce document est une imposture dans la mesure où il exclut de manière flagrante la question des femmes.

C'est pour remédier à cette terrible carence qu'Olympe de Gouge a rédigé son manifeste des droits de la femme. Ses écrits sont cependant méprisés et tournés en dérision. Peu de temps après, elle a été assassinée. Des décennies après la Révolution française, les femmes étaient toujours complètement opprimées à tous les niveaux de la société française. Tout le monde sait comment la Révolution française a été dirigée par des hommes diaboliques et maniaques quelques années après sa création. Mais par la répression active du droit des femmes, et pas seulement par une négligence passive, la Révolution est finalement devenue une misérable parodie d'elle-même, et une une moquerie du concept même de la liberté humaine.

En 1793, ses idées révolutionnaires l'ont conduite à la guillotine. Il peut nous sembler étrange aujourd'hui que les personnes qui se sont battues pour la cause de la liberté pendant la Révolution française, étaient motivées par de bas instincts pour supprimer activement toute manifestation de la libération des femmes. Dans sa pièce Prince Philosophe, Olympe de Gouges fait dire à l'un de ses personnages que "Si l'on donnait aux femmes les moyens d'ajouter à leurs charmes à la fois du courage et des connaissances profondes et utiles à l'État, elles pourraient un jour s'emparer de la supériorité et rendre les hommes, à leur tour, faibles et timides" (Proctor 1990).

Si les femmes recevaient une éducation et des opportunités politiques et économiques sur un pied d'égalité avec les hommes, il fallait craindre que le matriarcat ne s'établisse et que le pouvoir des hommes ne soit sapé. Les hommes trompés de la fin du dix-huitième siècle en France n'ont pas réussi à saisir la simple vérité que les hommes et les femmes peuvent coopérer et forger une société dans laquelle la liberté et le bonheur humains peuvent s'épanouir. Les penseurs des Lumières semblent n'être que superficiellement éclairés, après tout, gardant intacts bon nombre des vils préjugés de l'âge des ténèbres. Olympe de Gouge elle-même a été victime de cette oppression à l'égard des femmes.

Elle aurait pu être un meilleur porte-parole des femmes subjuguées de son époque si elle avait reçu une meilleure éducation et si elle avait été en mesure de mieux écrire. Elle aspirait à devenir une auteure à succès, mais en raison de sa faible éducation, ses écrits manquaient souvent de polissage et d'attrait et sa voix ne pouvait donc pas atteindre beaucoup de gens. Mais la passion et le feu qui l'habitaient l'ont poussée à défendre les droits des femmes jusqu'à son dernier souffle, en dépit de tout.  

Aujourd'hui, elle est surtout connue pour sa Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne , écrite en réponse à la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen en 1791. Elle a été une ardente partisane des droits de l'homme toute sa vie, et s'est impliquée dans diverses questions qui, selon elle, impliquaient des injustices. 

Articles liés à Olympe de Gouges 

Olympe de Gouges : biographie courte et déclaration des droits de la femme et de la citoyenne

Comprendre la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne d'Olympe de Gouges

Fiche : Les lumières (XVIIIe siècle)

Fiches et analyse pour réussir les épreuves du bac 

  • Petite section
  • Moyenne section
  • Grande section
  • Première STMG
  • Première ST2S
  • Terminale STMG
  • Terminale STI2D
  • Terminale ST2S
  • Humanités, littérature et philosophie
  • Histoire-Géo.-Géopolitique-Sciences politiques
  • Mathématiques
  • Enseignement scientifique
  • Sciences de la vie et de la Terre
  • Physique-Chimie
  • Spécialité anglais
  • Programme Consulter le programme
  • Révisions Réviser le cours
  • Sujets corrigés Travailler sur des sujets corrigés
  • Lexique Trouver la définition d'un mot
  • Méthodologie Consulter la méthodologie
  • Podcasts Écouter les podcasts
  • Bilan Bilan trimestriel
  • Se connecter
  • Créer un compte

Olympe de Gouges, Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne  : écrire et combattre pour l'égalité

I. d'une voix de femme à la voix des femmes , une prise de parole audacieuse, s'exprimer au nom de toutes les femmes : créer une sororité, ii. un nouveau « contrat social », l'affirmation d'une égalité naturelle entre les femmes et les hommes, l'affirmation du statut de « citoyennes » des femmes et ses conséquences, iii. changer l'image et la place des femmes : changer les femmes, la critique des femmes dans les sociétés d'ancien régime, éduquer les femmes (autrement), exemples pour la dissertation : les enjeux du parcours, – ça commence aujourd'hui de bertrand tavernier, 1999.

– 120 Battements par minute de Robin Campillo, 2017

IV. Corpus : écrire et combattre pour l'égalité

Marie de gournay et françois poullain de la barre : deux précurseurs, mary wollstonecraft et sa défense des droits de la femme ( a vindication of the rights of women , 1792), virginia woolf et une chambre à soi ( a room of one's own ,1929), simone de beauvoir et le deuxième sexe (1949), exemples pour l'oral : élargissements culturels, – virgin suicides de sofia coppola, 1999.

– Mustang de Deniz Gamze Ergüven, 2015

Quelques références sur les luttes contre les inégalités

– bacurau de kleber mendonça filho et juliano dornelles, 2019.

– Loin du Paradis , de Todd Haynes

– Wadjda de Haifaa al-Mansour, 2012

  • Préparer l'épreuve anticipée de français bac 2024
  • "La littérature d'idées du XVIe siècle au XVIIIe siècle" Bac 2024

Olympe de Gouges, "Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne" (du "préambule" au "postambule") / Parcours : "Écrire et combattre pour l'égalité".

Disserter sur une oeuvre intégrale olympe de gouges, la déclaration des droits de la femme et de la citoyenne. sujets d'entraînement, olympe de gouges déclaration des droits de la femme et de la citoyenne "écrire et combattre pour l'égalité", litterature d'idees  .

Objet d'étude : "La littérature d'idées du XVIe siècle au XVIIIe siècle"

Oeuvre : Olympe de Gouges Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne

Parcours bac : "Écrire et combattre pour l'égalité"

  • « Comment Olympe de Gouges, à travers ses écrits, a-t-elle contribué à l’émancipation des femmes au XVIIIème siècle en France ? »
  • Vous répondrez à cette question dans un développement organisé. Votre réflexion prendra appui sur l’œuvre d'Olympe de Gouges, la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne  au programme, sur le travail mené dans le cadre du parcours associé et sur votre culture littéraire.
  • Sujet 2 :
  • Olympe de Gouges, Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne.
  • Dans la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne Olympe de Gouges ne lutte-t-elle que pour le droits des femmes ?

 "La femme a le droit de monter sur l’échafaud ; elle doit avoir également celui de monter à la tribune », déclare Olympe de Gouges dans l’article X de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne. Selon vous, la littérature est‑elle une tribune efficace pour dénoncer les inégalités ? La femme a le droit de monter sur l’échafaud ; elle doit avoir également celui de monter à la tribune », déclare Olympe de Gouges dans l’article X de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne.

Selon vous, la littérature est‑elle une tribune efficace pour dénoncer les inégalités ?

vous répondrez en prenant appui sur l’œuvre d’Olympe de Gouges et sur les textes et documents étudiés en classe dans le cadre du parcours associé, ainsi que sur votre culture personnelle.

Etude du parcours = Ecrire et combattre pour l'égalité-La déclaration des droits de la femme et de la citoyenne Olympe de Gouges

Dédicace à la reine d'olympe de gouges. la déclaration des droits de la femme et de la citoyenne. etude linéaire, discours sur le colonialisme, aimé césaire - etude linéaire - le poète met son art au service de la cause populaire en faisant oeuvre politique, citations d'olympe de gouges pour vos dissertations et commentaires, bac 2023, littérature d'idées- parcours=ecrire et combattre pour l'égalité, comprendre et préparer l'étude linéaire du préambule de la déclaration des droits de la femme et de la citoyenne d'olympe de gouges, comprendre et préparer l'étude linéaire du postambule de la déclaration des droits de la femme et de la citoyenne d'olympe de gouges, quiz pour revoir le parcours bac = ecrire et combattre pour l'égalité-la déclaration des droits de la femme et de la citoyenne olympe de gouges, exercices bac olympe de gouges déclaration des droits de la femme et de la citoyenne "écrire et combattre pour l'égalité", etude linéaire du préambule de la déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, olympe de gouges, etude linéaire, articles 1 à 10 - 15 à 17 olympe de gouges, la déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, etude linéaire cyrano de bergerac, histoire comique des états et empires du soleil, le gouvernement du bonheur, postambule de la déclaration des droits de la femme et de la citoyenne : analyse linéaire, "la littérature d'idées du xvie siècle au xviiie siècle" bac 2023.

La Bruyère Les Caractères livres V à X/Parcours La comédie sociale-livre XI De l'Homme/Parcours Peindre les Hommes 5

Rabelais, "Gargantua" / Parcours : "Rire et savoir"/ Parcours : "La bonne éducation". bac 2024 0

Olympe de Gouges, "Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne" (du "préambule" au "postambule") / Parcours : "Écrire et combattre pour l'égalité". 13

La littérature d'idées du XVIe siècle au XVIIIe siècle. Rousseau, Emile ou de l'éducation bac 2022

Disserter sur une oeuvre intégrale bac gargantua, les caractères, la déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, littérature d'idées.

Date de dernière mise à jour : 04/11/2023

Ajouter un commentaire

  • Quiz bac sur les études linéaires Montaigne les Essais, littérature d'idées
  • Quiz ton bac de français : Marivaux, L'Île des esclaves/parcours maîtres et valets
  • Quiz ton bac de français:Olympe de Gouges La déclaration des droits de la femme et de la citoyenne
  • Quiz ton bac de français Gargantua Rabelais, "Rire et savoir", "la bonne éducation"
  • Quiz bac. Es tu prêt pour l'oral du bac de français?
  • Quiz Rimbaud "Cahiers de Douai", parcours "Emancipations créatrices"
  • Quiz ton bac de français : Molière, le Malade imaginaire, parcours spectacle et comédie
  • Quiz ton bac de français : Marivaux, les Fausses Confidences, parcours "théâtre et stratagème"
  • Quiz ton bac : La Bruyère les Caractères "comédie sociale", "peindre les hommes"
  • Exercices bac Lagarce Juste la fin du monde crise personnelle/crise familiale
  • Quiz ton bac J. Verne Voyage au centre de la Terre/parcours Science et fiction
  • Quiz ton bac Sarraute Enfance parcours Récit /connaissance de soi
  • Quiz ton bac Stendhal Le Rouge et Noir/parcours Le personnage de roman, esthétiques, valeurs
  • Quiz ton bac de français, Yourcenar Mémoires d'Hadrien Soi-même comme un autre
  • Quiz Guillaume Apollinaire Alcools parcours Modernité poétique 
  • Quiz Hugo, Les Contemplations livres I à IV parcours Les Mémoires d'une âme.
  • Quiz Baudelaire les Fleurs du mal parcours bac Alchimie poétique la boue et l’or.
  • Quiz sur Manon Lescaut, l'abbé Prévost, étude du roman bac EAF 2023, parcours/personnages en marge, plaisirs du romanesque
  • Quiz Colette Sido, Les Vrilles de la vigne. La célébration du monde
  • Quiz Balzac La Peau de chagrin–Les romans de l'énergie, création et destruction
  • Quiz Balzac Mémoires de deux jeunes mariées, parcours "Raison et sentiments"
  • Quiz ton bac en philosophie. Les auteurs, les séquences, les devoirs bac
  • HLP classe de première, Humanités, Littérature, Philosophie, les pouvoirs de la parole et les représentations du monde
  • Quiz bac. L'écrit de français. Exercices sur les procédés d'écriture pour réussir tes commentaires
  • Quiz Hélène Dorion, Mes forêts Parcours bac : la poésie, la nature, l'intime
  • Quiz La Rage de l'expression Ponge, parcours "Dans l'atelier du poète"

Le « cri » des femmes en faveur de l'égalité

Écrire et combattre pour l'égalité

fra1_2100_00_18C

Sujet d'écrit • Dissertation

Le « cri » des femmes en faveur de l'égalité

Intérêt du sujet • Avec ce sujet, nous verrons comment l'appel d'Olympe de Gouges trouve un écho dans les écrits féministes contemporains.

Dans Ainsi soit-elle (1975), l'auteure féministe Benoîte Groult écrit : « Il faut que les femmes crient aujourd'hui. Et que les autres femmes – et les hommes – aient envie d'entendre ce cri. Qui n'est pas un cri de haine, à peine un cri de colère, car alors il devrait se retourner contre elles-mêmes. Mais un cri de vie. » En quoi cette citation éclaire-t-elle votre lecture de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne  ?

Vous répondrez à cette question dans un développement structuré. Votre travail prendra appui sur l'œuvre d'Olympe de Gouges au programme, sur le travail mené dans le cadre du parcours associé, et sur votre culture personnelle.

Les clés du sujet

Analyser le sujet.

«  Il faut que les femmes crient aujourd'hui. Et que les autres femmes – et les hommes – aient envie d'entendre ce cri. Qui n'est pas un cri de haine, à peine un cri de colère , car alors il devrait se retourner contre elles-mêmes. Mais un cri de vie.  » En quoi cette citation éclaire-t-elle votre lecture de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne  ?

Voici comment on peut définir les termes clés du sujet :

Il faut que les femmes crient aujourd'hui  : les mouvements féministes des années 1970 appellent les femmes à s'émanciper.

Et que les autres femmes – et les hommes – aient envie d'entendre ce cri  : cet appel doit éveiller la conscience des femmes, mais aussi celle des hommes.

Qui n'est pas un cri de haine, à peine un cri de colère  : le cri des femmes n'est pas motivé par un esprit de revanche.

Mais un cri de vie  : la prise de parole des femmes est nécessaire pour améliorer la société.

En quoi cette citation éclaire-t-elle votre lecture  : la démarche d'Olympe de Gouges ressemble-t-elle à celle des féministes du xx e  siècle ?

Formuler la problématique

Comment la Déclaration d'Olympe de Gouges peut-elle être ­caractérisée comme un « cri de vie », qui entend éveiller les consciences sur la condition féminine et pousser les femmes à l'action ?

Construire le plan

Tableau de 3 lignes, 2 colonnes ;Corps du tableau de 3 lignes ;Ligne 1 : 1. Un cri nécessaire; Quel constat Olympe de Gouges dresse-t-elle de la situation sociale des femmes à son époque ?Montrez que ce constat aboutit à une réflexion – toujours actuelle – sur les injustices subies par les femmes.; Ligne 2 : 2. Un cri adressé à la société entière; Expliquez que cet appel est avant tout destiné à éveiller la conscience des femmes.En quoi ce « cri » se double-t-il cependant d'une critique adressée aux hommes ?; Ligne 3 : 3. Un cri convaincant, porteur de revendications fortes; Comment Olympe de Gouges parvient-elle à construire une argumentation convaincante ?Intéressez-vous aux revendications qui visent une véritable égalité sociale.;

Les titres en couleur ou entre crochets ne doivent pas figurer sur la copie.

Introduction

[Accroche] La romancière et essayiste Benoîte Groult (1920-2016) a accompagné les luttes de la jeunesse féministe dans les années 1970, avant de présider une commission pour la féminisation des noms de métiers dans les années 1980.

[Explication du sujet] Dans Ainsi soit-elle (1975), elle incite les femmes à « crier » leurs droits et leurs revendications dans une société française dominée par les hommes, où l'on vient à peine de voter la loi Veil (17 janvier 1975) dépénalisant l'avortement.

[Problématique] La démarche d'Olympe de Gouges dans la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne (1791) est-elle comparable à celle de Benoîte Groult ? De quelle manière souhaite-t-elle éveiller les consciences sur la condition féminine et pousser les femmes à l'action ?

[Annonce du plan] Nous verrons tout d'abord qu'Olympe de Gouges considère le « cri » des femmes comme une nécessité vitale ; puis nous montrerons que son appel s'adresse aux femmes mais aussi à l'ensemble de la société ; enfin nous nous intéresserons aux revendications concrètes qu'il contient.

I. Un cri nécessaire

1. un constat amer sur la condition féminine.

« Il faut que les femmes crient » affirme Benoîte Groult en 1975. Le « cri » poussé par Olympe de Gouges en 1791, dans sa Déclaration, est à la mesure de la situation des femmes de son époque, plongées dans une réalité jugée « effroya­ble » .

Le constat est sans appel : les femmes sont soumises à la « tyrannie perpétuelle » des hommes, qui limite l'exercice de leurs droits naturels (article iv ). Cette domination masculine rend le statut des femmes comparable à celui des esclaves .

Dans la pièce de théâtre intitulée Zamore et Mirza (écrite en 1784), Olympe de Gouges dénonçait le sort inhumain réservé aux Noirs soumis à l' esclavage dans les colonies.

Ainsi, deux ans après la prise de la Bastille et la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen , les femmes n'ont toujours aucun droit politique  : ni le droit de vote, ni celui d'exercer de fonctions politiques ; or « la Constitution est nulle, si la majorité des individus qui composent la nation [= les femmes] n'a pas coopéré à sa rédaction » (article xvi ).

2. Une réflexion sur les injustices subies par les femmes

Olympe de Gouges relève d'autres injustices subies par les femmes dans la sphère privée : par exemple, la femme non mariée peut être abandonnée sans ressources par un homme. En outre, l'auteure fustige l'iniquité des « lois anciennes et inhumaines » qui refusent aux enfants nés hors mariage tout droit « sur le nom et sur le bien de leur père » (postambule).

Il faut donc que « la libre communication des pensées et des opinions » (article xi ) donne aux femmes le droit de demander publiquement aux pères de leurs enfants d'en assumer la responsabilité. La question de la bâtardise touche d'autant plus Olympe de Gouges qu'elle était sans doute elle-même une fille adultérine .

Née Marie Gouze, Olympe de Gouges est officiellement la fille d'un boucher, mais elle aurait eu pour véritable père le poète Jean‑Jacques Lefranc de Pompignan.

De même, Denis Diderot relate dans son Supplément au Voyage de Bougainville (1772) l'histoire de Miss Polly Baker, une Américaine accusée d'avoir eu des enfants hors mariage  ; pour sa défense, l'honnête femme assure que son seul tort fut « de confier [son] honneur à un homme qui n'en avait point ».

II. Un cri adressé à la société entière

1. un appel destiné avant tout aux femmes.

Face à cette situation injuste, Olympe de Gouges apostrophe en premier lieu ses contemporaines pour susciter leur prise de conscience : « Ô femmes ! femmes, quand cesserez-vous d'être aveugles  ? » (postambule).

Le contexte des Lumières est propice à cette prise de conscience : « Le flambeau de la vérité a dissipé tous les nuages de la sottise et de l'usurpation » (postambule).

Ces dernières sont incitées à faire leur autocritique   : en fondant naguère leur pouvoir sur la ruse et leurs charmes, « les femmes ont fait plus de mal que de bien », déplore l'auteure. À l'instar d'Olympe de Gouges, Benoîte Groult rappelle aux femmes que leur éventuel « cri de colère […] devrait se retourner contre elles-mêmes ».

Malgré les obstacles, l'auteure de la Déclaration estime que le désir de s'émanciper de la tutelle masculine peut se réaliser s'il est suffisamment fort : « vous n'avez qu'à le vouloir ». Cette conviction rappelle celle d'Étienne de La Boétie incitant les peuples asservis à se défaire de leurs tyrans : « Soyez résolus à ne plus servir, et vous voilà libres. » ( Discours de la servitude volontaire , 1574).

2. Une virulente critique adressée aux hommes

Toutefois, Olympe de Gouges s'adresse également aux hommes et l'on pourrait entendre un « cri de colère » dans le ton polémique du pamphlet qui précède la Déclaration  : « Homme, es-tu capable d'être juste ? ». L'homme est en effet présenté comme un être « bizarre, aveugle, boursouflé de sciences et dégénéré […] dans l'ignorance la plus crasse » ; son désir de « commander en despote » y est ridiculisé.

De même, dans les Lettres persanes de Montesquieu (1721), Roxane affirme sa liberté inaliénable face à la tyrannie domestique  de son époux : « […] j'ai pu vivre dans la servitude ; mais j'ai toujours été libre : j'ai réformé tes lois sur celles de la nature ; et mon esprit s'est toujours tenu dans l'indépendance. »

Néanmoins, pour Olympe de Gouges comme pour Benoîte Groult, il ne s'agit pas de pousser un « cri de haine ». L'auteure de la Déclaration en appelle à la raison des hommes afin qu'ils prennent conscience des injustices dont ils sont coupables, en constatant notamment la contradiction entre leurs actes et les principes hérités de la Révolution.

III. Un cri convaincant, porteur de revendications fortes

1. une argumentation convaincante.

Comme le souligne Benoîte Groult, les femmes et les hommes doivent avoir « envie d'entendre ce cri ». Afin de convaincre son auditoire, Olympe de Gouges utilise un procédé ingénieux : le pastiche de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen , adoptée en 1789 par l'Assemblée constituante.

Le pastiche imite le style d'une œuvre préexistante dans un objectif souvent parodique ou pour renforcer une argumentation.

La forme juridique fait appel à la raison des lecteurs. Les différences subtiles avec le texte original soulignent l' exclusion des femmes du champ civique : l'expression « tous les citoyens » est ainsi systématiquement précédée de « toutes les citoyennes et… ». Cette situation était déjà dénoncée par Condorcet en 1790 : « Tous n'ont-ils pas violé le principe de l'égalité des droits, en privant tranquillement la moitié du genre humain de celui de concourir à la formation des lois, en excluant les femmes du droit de cité ? »

Des procédés rhétoriques comme l'ironie concourent à l'efficacité du discours d'Olympe de Gouges. Ainsi écrit-elle à propos de la liberté d'expression et d'opinion des femmes : « la femme a le droit de monter sur l'échafaud ; elle doit avoir également celui de monter à la tribune » (article X).

2. Pour un nouveau modèle social

C'est l' égalité entre les femmes et les hommes qui constitue la visée finale de la Déclaration . L'auteure propose de nombreuses réformes à cette fin : l'accès égal aux affaires publiques (article xiii ), un partage égal du patrimoine (article xiv ), ainsi qu'un nouveau contrat de mariage.

Dans Le Mariage de Figaro de Beaumarchais (1784), le personnage de Marceline déplore en effet que les femmes soient « traitées en mineures pour [leurs] biens, punies en majeures pour [leurs] fautes ». Il s'agit donc de donner à la femme une citoyenneté pleine et entière (article premier) en la faisant sortir de son statut d'éternelle mineure, soumise à son père, puis à son mari.

C'est donc bien un « cri de vie » que pousse Olympe de Gouges afin d' améliorer la société dans son ensemble . Tous ont à gagner à cette « réunion de la femme et de l'homme » (article iii ), seule capable de constituer politiquement la nation souveraine.

[Synthèse] À travers la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne , Olympe de Gouges exprime bien une sorte de « cri de vie ». Son objectif : éveiller la conscience des femmes sur leur condition, et les pousser à lutter pour leur égalité, afin de parvenir à une société harmonieuse où les droits et les devoirs de chacune et chacun seraient définis de manière plus juste.

[Ouverture] C'est en redécouvrant l'œuvre d'Olympe de Gouges que Benoîte Groult, deux cents ans plus tard, s'en est inspirée dans son combat féministe.

Pour lire la suite

Et j'accède à l'ensemble des contenus du site

Et je profite de 2 contenus gratuits

IMAGES

  1. Olympe de Gouge DDFC

    dissertation olympe de gouges

  2. Exposé

    dissertation olympe de gouges

  3. Olympe de Gouges- Une dissertation pas à pas

    dissertation olympe de gouges

  4. Lecture linéaire Olympe de GOUGES la Déclaration des droits de la femme

    dissertation olympe de gouges

  5. Dissertation sur Olympe de Gouges

    dissertation olympe de gouges

  6. Entrainement dissertation émancipation féminine Olympe de Gouges

    dissertation olympe de gouges

COMMENTS

  1. Dissertation Olympe De Gouges Exemple

    Un exemple corrigé de plan détaillé sur la Déclaration de la femme et de la citoyenne d'Olympe de Gouges, avec des analyses sur son rôle dans l'émancipation des femmes au XVIIIème siècle en France. Ce site propose aussi des fiches méthodologiques et des vidéos sur la méthode de la dissertation.

  2. Dissertation : les sujets possibles, Mediaclasse : ️ De Gouges : 5

    Découvrez 5 sujets possibles sur la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne d'Olympe de Gouges, liés au parcours du bac de français. Ces sujets abordent les enjeux, les enjeux, les enjeux et les enjeux du combat d'Olympe de Gouges pour l'égalité des droits des femmes et des citoyennes.

  3. Dissertation Olympe de Gouge sujet + corrigé

    Auparavant, Olympe de Gouges avait déjà dénoncé l'esclavage dans sa pièce Zamore et Mirza (1784). Olympe de Gouges mène donc un combat politique, social et sociétal bien plus large. Argument 2 : Dans sa Déclaration, Olympe de Gouges ne fait pas seulement preuve d'un engagement politique, mais aussi d'un engagement littéraire.

  4. PDF Dissertation

    Dissertation - Baccalauréat, épreuve blanche du 23 février 2022 (bonne copie) En 1791, Olympe de Gouges publie, en récrivant la fameuse Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne (DDFC), dans laquelle elle s'exprime notamment au sujet des injustices commises par l'homme, à comprendre comme être humain masculin.

  5. Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, Olympe de Gouges

    La Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne est un texte féministe de 1791, publié par Olympe de Gouges, qui défend l'égalité entre les sexes et l'abolition de l'esclavage. Elle est composée de trois parties : un préambule, une déclaration et un postambule. Découvrez son analyse, ses thèmes et son histoire dans cette fiche de lecture.

  6. Sujets de dissertation sur la Déclaration des droits de la femme et de

    Sujet de dissertation : « Comment Olympe de Gouges, à travers ses écrits, a-t-elle contribué à l'émancipation des femmes au XVIIIème siècle en France ? » Vous répondrez à cette question dans un développement organisé. Votre réflexion prendra appui sur l'œuvre d'Olympe de Gouges, la Déclaration des droits de la femme et de la ...

  7. Olympe de Gouges, Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne

    Répondez à la question : La littérature peut-elle avoir un pouvoir politique ? en analysant la Déclaration d'Olympe de Gouges et d'autres textes. Consultez le corrigé de cette dissertation de 1re de français.

  8. Vers le BAC

    Ce sujet analyse la citation de J.-P. Sartre qui critique l'impuissance de la littérature engagée et la citation de Olympe de Gouges qui dénonce la littérature d'idées. Il propose un plan thématique et une analyse des fonctions et des enjeux de la littérature d'idées.

  9. Sujets d'entrainement

    Sujets d'entrainement. 16 professeurs ont participé à cette page. Étape 1. Entrainez-vous sur les sujets de dissertation suivants. Pour chaque sujet, vous répondrez en prenant appui sur l'œuvre d'Olympe de Gouges et sur les textes et documents étudiés en classe dans le cadre du parcours associé, ainsi que sur votre culture personnelle.

  10. Olympe de Gouges, Déclaration des droits de la femme et de ...

    Dissertation; Les causes défendues dans la Déclaration d'Olympe de Gouges ... Olympe de Gouges, Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, postambule Annale corrigée; Dissertation; Le « cri » des femmes en faveur de l'égalité Chapitre précédent; Retour au programme; Chapitre suivant ...

  11. Dissertation Olympe de Gouges: exemple, sujet, introduction

    Ce site vous propose un exemple de sujet et d'introduction pour une dissertation sur Olympe de Gouges, une femme politique et féministe française qui a lutté pour les droits des femmes et la démocratie. Vous y trouverez aussi des conseils pour mettre en avant sa vision progressiste des droits des femmes et son engagement politique. Découvrez aussi son parcours tragique et son héritage.

  12. « Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne » d'Olympe de

    Olympe de Gouges y ajoute un « Postambule » pour encourager les femmes à se révolter et un « Contrat social de l'homme et de la femme » qui propose un texte de loi, plus précisément un contrat de mariage. Les thèmes abordés par Olympe de Gouges, tout au long de son texte, sont ceux : de la liberté, contre l'asservissement

  13. Olympe de Gouges

    Tu travailles sur Olympe de Gouges ? Voici un exemple de sujet de dissertation analysé étape par étape, depuis l'analyse des termes du sujet jusqu'à la probl...

  14. Olympe de Gouges

    Sujets de dissertation sur Olympe de Gouges et ses oeuvres. Olympe de Gouges (1748-1793), de son vrai nom Marie Gouze, écrit la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne en septembre 1791 afin de la présenter à l'Assemblée nationale. Elle souhaite par ce texte dénoncer le rabais systématique des femmes dans la société du ...

  15. Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne

    Femme de lettres et femme politique, Olympe de Gouges est considérée comme une pionnière du féminisme. Très investie dans la révolution française, elle rédige en 1791 une Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, qu'elle adresse à la reine Marie-Antoinette, en écho à celle de 1789.Elle lutte pour l'émancipation de la femme, pour la reconnaissance de sa place sociale ...

  16. Préambule de la Déclaration des droits de la femme : analyse

    Voici une lecture linéaire pour l'oral de français du préambule de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne (1791) d'Olympe de Gouges.. Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, Préambule, Introduction. Olympe de Gouges (1748-1793) est une femme de lettres qui s'inscrit dans le mouvement des Lumières par ses œuvres progressistes qui militent pour l ...

  17. Dissertation : Olympe de Gouges, le combat et la mort d'une féministe

    Dissertation : Olympe de Gouges, le combat et la mort d'une féministe avant l'heure. Olympe de Gouge : les femmes trahies par la Révolution. Prônant le féminisme près de 200 ans avant qu'il ne devienne un mouvement dominant en Occident, Olympe de Gouge peut nous sembler en avance sur son temps. Pourtant, elle ne l'était pas du tout.

  18. Olympe de Gouges, Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne

    Ce site explique le contexte, le contenu et le style de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, écrite par Olympe de Gouges en 1791, une voix de femme engagée pour l'égalité et la révolution. Il aborde les thèmes de la refondation de la société, de la liberté, de la souveraineté et de la démocratie, ainsi que les revendications féministes et les références historiques de cette œuvre politique.

  19. Les causes défendues dans la Déclaration d'Olympe de Gouges

    Une âpre critique des injustices entre les sexes. 1. Un brûlot contre la domination masculine. La Déclaration d'Olympe de Gouges entend combler un manque dû à « l'ignorance, l'oubli ou le mépris des droits de la femme » par les hommes, qui les ont sciemment exclues de la vie civique en les privant notamment du droit de vote.

  20. Disserter sur une oeuvre intégrale Olympe de Gouges, la Déclaration des

    Trouvez des sujets d'entraînement pour disserter sur une oeuvre intégrale Olympe de Gouges, la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, dans le parcours "Écrire et combattre pour l'égalité". Ces sujets abordent les thèmes de la littérature d'idées, de la lutte pour l'émancipation des femmes et de la littérature comme tribune efficace.

  21. Le « cri » des femmes en faveur de l'égalité

    Le « cri » poussé par Olympe de Gouges en 1791, dans sa Déclaration, est à la mesure de la situation des femmes de son époque, plongées dans une réalité jugée « effroya­ble ». Le constat est sans appel : les femmes sont soumises à la « tyrannie perpétuelle » des hommes, qui limite l'exercice de leurs droits naturels (article iv ).

  22. Dissertation sur Olympe de Gouges

    DISSERTATION OLYMPE DE GOUGES. Le XVIIIème est un siècle marqué par des bouleversements politiques, sociétal, littéraire et philosophique. En effet, à la suite du mouvement intellectuel et philosophique des Lumières, le peuple revendique ses droits et certaines mentalités commencent à changer, toujours dans le but de libérer le monde de l'obscurantisme et d'éclairer les esprits ...

  23. PDF DISSERTATION SUR OEUVRE : Olympe de GOUGES, Déclaration des Droits de

    DISSERTATION SUR OEUVRE : Olympe de GOUGES, Déclaration des Droits de la femme et de la citoyenne, 1791. Parcours : « Écrire et combattre pour l'égalité » ... Olympe de Gouges mène donc un combat politique, social et sociétal bien plus large. Dans sa Déclaration, Olympe de Gouges ne fait pas seulement preuve d'un engagement